1 529 796 visites 12 visiteurs

L'ASF93 ne veut pas y penser.

27 novembre 2012 - 09:14

Leaders de Division d’honneur, les Sarregueminois refusent toutefois de céder à l’euphorie.

Un groupe solidaire

Propulsé en tête de division d’honneur par une impressionnante série de sept victoires d’affilée, Sarreguemines refuse de se fixer des objectifs à long terme. L’an passé, l’équipe s’était effondrée en fin de saison, laissant filer la montée en CFA 2. Un scénario que son jeune entraîneur Sébastien Meyer veut à tout prix éviter.

Arrivé cet été en provenance de Forbach, ce dernier s’avoue surpris de l’exceptionnelle réussite de sa formation. « Je n’aurais jamais osé envisager pareils débuts, admet-il. Même dans mes rêves les plus fous, cela n’arrivait pas ! » Et pour cause. Retrouver trace d’une défaite de l’ASF 93 en championnat nous ramène au mois d’août. Lors de la première journée, elle avait chuté (2-1) sur la pelouse de l’EN Saint-Avold, aujourd’hui sa dauphine. Depuis, l’équipe sarregueminoise a enregistré neuf victoires et n’a concédé qu’un match nul (0-0 devant Montbronn). Un parcours détonant qui lui vaut d’occuper aujourd’hui la place de leader et de compter cinq points d’avance.

« Une marge importante »

Samedi dernier, les Sarregueminois ont une nouvelle fois créé la sensation en l’emportant sur Blénod (1-0). Un succès qu’ils sont allés chercher lors des arrêts de jeu grâce à un but sur coup de pied arrêté impliquant les deux défenseurs centraux. Dans le rôle du passeur : Martinez, dans celui du buteur : Imperato. « C’était un moment fort, commente Meyer. Pour la première fois, j’ai senti le public exploser. Ce but a été un grand soulagement et de communion autour de l’équipe. Dans le vestiaire aussi, où les joueurs de l’équipe B nous ont rejoint pour célébrer cette victoire. » La ferveur est en train de monter d’un cran au stade de la Blies, dont l’affluence a sensiblement augmenté selon les dirigeants.

Pour autant, l’heure n’est pas encore à tirer des plans sur la comète. L’équipe, largement remaniée l’été dernier (13 joueurs sont venus renforcer le groupe senior), ne satisfait d’ailleurs pas complètement son entraîneur, aussi surprenant que cela puisse paraître à la lecture de ses résultats. « Nous tenons grâce à notre rigueur et notre organisation, explique celui-ci. En matière d’animation offensive, j’estime que notre marge de progression est encore importante. » Co-meilleure défense du championnat avec sept buts encaissés, Sarreguemines a remporté cinq de ses neufs victoires par un but d’écart.

Même si la liste de leurs carences parait bien maigre, Meyer a donc prévu de continuer à « jouer les rabat-joie » auprès de ses hommes pendant un bout de temps. « Se faire plaisir à lire les chiffres n’a rien de négatif mais s’en contenter serait une erreur, appuie-t-il. Je ne peux pas dire que nous jouons la montée. Ce ne serait ni humble ni réaliste. L’histoire est là pour nous le rappeler : le club a l’habitude de souffrir en seconde partie de saison. Le plus dur reste donc à venir. Pour l’instant, j’ai juste envie de prolonger cette belle série le plus longtemps possible. » Les prochains adversaires de Sarreguemines, Magny et l’APM Metz, sont prévenus.

Source R.L.

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC