1 532 362 visites 27 visiteurs

L’ASF championne à double titre

6 juin 2013 - 09:37

Après l’équipe A promue en CFA2, la B est également championne et jouera en DHR la saison prochaine. Retour sur une année exceptionnelle avec les entraîneurs Sébastien Meyer, Morad Benachour et le président Christophe Marie.

Pas grand-monde n’aura réussi à prendre à défaut les footballeurs sarregueminois cette saison. A l’heure d’évoquer un bilan exceptionnel, on a encore essayé de les piéger. Le principe : poser les trois mêmes questions aux entraîneurs Sébastien Meyer, Morad Benachour et au président Christophe Marie. Histoire de voir s’ils sont vraiment sur la même longueur d’ondes. Mais même à ce petit jeu, ils sont les plus forts. L’ASF 93, c’est vraiment du costaud !

Comment qualifieriez-vous votre saison ?

• Sébastien Meyer, coach de la A : « Inespérée, car si on m’avait dit ça en début de saison, je n’y aurais pas cru. Extraordinaire aussi, car deux montées, ce n’est pas banal. Et cette saison est aussi la consécration d’un travail de qualité, même si tout n’était pas parfait. On a réussi à vaincre certains signes indiens. »

• Morad Benachour, coach de la B : « Extraordinaire, car nous n’avions pas pour objectif de jouer le titre avec la B. Mais au fur et à mesure de la saison, on a vu qu’il y avait un coup à jouer. »

• Christophe Marie, président : « Historique, sensationnelle. Il y avait des signes encourageants à la reprise au mois d’août, avec une volonté de l’avant. La mayonnaise a bien pris. »

Quels sont les facteurs de cette réussite ?

• Sébastien Meyer : « Le groupe des seniors a bien vécu ensemble. On a aussi pu mettre en place un projet de jeu pour les deux équipes. Et puis, il n’y a pas de secret, il y a tout le travail abattu. »

• Morad Benachour : « Il y a eu un superbe état d’esprit chez les seniors. La B a été poussée par les bons résultats de la A. Il y a eu une bonne spirale, et aussi le facteur chance. »

• Christophe Marie : « Dès l’instant où nous avons nommé Sébastien comme entraîneur de la A, mon travail s’est terminé. Il lui fallait quelqu’un pour la B, je lui ai laissé carte blanche. Morad est arrivé, avec pour premier objectif de créer une bonne ambiance entre les joueurs. Il a réussi à installer cette osmose. Sébastien et Morad, c’est notre ticket gagnant. »

Quel match a été le tournant de la saison ?

• Sébastien Meyer : « Celui contre Neuves-Maisons, juste après notre défaite contre Pagny. Nous étions au fond du trou, nous avons joué à 9 contre 11 mais nous avons trouvé les ressources pour l’emporter. »

• Morad Benachour : « Avec la B, c’est notre victoire à Merlebach, qui était leader. Après ce match, on s’est dit qu’il y avait un coup à jouer. »

• Christophe Marie : « Pour la A, c’est le match contre Neuves-Maisons. Nous sommes menés trois fois au score, nous prenons deux cartons rouges. Sébastien change l’équipe tactiquement et, à la 92e minute de jeu, on gagne 4-3. On a aussi eu la chance du champion lors des matchs contre Blénod ou Magny. Pour l’équipe B, c’est la victoire à Merlebach. Et il y a ensuite eu cette série de neuf victoires consécutives pour terminer champion. »

Christophe Marie,          Sébastien Meyer,        Morade Benachour,

un président heureux.   un coach talentueux.  un adjoint précieux.

 

Source RL.

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC