1 613 183 visites 11 visiteurs

Troyes pour commencer

24 août 2013 - 10:49

Le SFC entame sa saison ce soir, à 19 h, auréolé d’un titre de champion de Lorraine et du trophée des champions. Et un objectif : le maintien. Le point avec le coach, Sébastien Meyer.

Sébastien Meyer avait voulu des équipes huppées pour préparer sa saison. Les résultats, deux nuls et trois défaites, ont bien montré au groupe le fossé qui les sépare de la CFA 2. « Les joueurs étaient encore un peu dans les nuages, ils ont vu la différence de niveau et la différence de préparation, avec des clubs qui ont beaucoup de pros. » Mais la défaite à Metz par exemple, « a permis au groupe d’être plus efficace ». Le SFC a battu Lunéville lors du trophée des champions, une équipe qui descend de CFA 2 et qui s’est renforcée. « Elle a battu Schiltigheim… », un des futurs adversaires des Sarregueminois. Une perf encourageante pour un club qui a fait un « recrutement audacieux et malin ».

Avec des jeunes qui ont un fort potentiel et des joueurs qui ont déjà évolué à ce niveau. « On a un effectif conséquent », d’une quarantaine de joueurs pour la A et la B, « mais c’est essentiel pour jouer sur la concurrence et la forme ». Pour Sébastien Meyer, « la B va être "costaud" cette saison ». Ce qui peut logiquement profiter à l’équipe fanion. « On devra tous répondre présents ou bosser deux fois plus que les autres ! » Et le coach se met dans le lot : « J’ai encore plus d’exigence envers moi-même… » Pourtant, à l’entraînement, il faut l’entendre donner de la voix ! Le président, Christophe Marie, disait qu’il faudrait recruter un "aboyeur", mais il en a déjà un, et qui peut mordre s’il le faut… Sur le terrain, un relais serait toutefois la bienvenue, un meneur, et les CV continuent de tomber. De là à imaginer d’autres recrues…

Le public au rendez-vous ?

Ce dont le club de Sarreguemines a également besoin, c’est du public ! « C’est le "12e homme" sur un terrain », lance le coach. « Si on veut que les joueurs progressent, il faut être exigeants, mais aussi les soutenir. » Sur les cinq premiers matches, il y aura trois confrontations avec des Alsaciens, et Sébastien Meyer sait qu’il y aura des supporters pour les soutenir… Il en attend autant côté local. « On veut faire honneur à notre public. Quand on joue au foot, on joue toujours pour gagner, mais il va y avoir une forte opposition. Un championnat, c’est dix mois de marathon. »

Et il y a également un autre intérêt à attirer du public, purement financier cette fois. Comme le soulignait récemment le président, un budget de CFA 2, c’est différent d’un budget de district… Les supporters ont donc leur rôle à jouer pour que le club assure son maintien : soutenir l’équipe, dans les bons comme dans les mauvais moments ; venir en masse au stade pour assurer, avec les partenaires, l’avenir de l’équipe à ce niveau. « On veut construire un club solide, nous ne sommes pas là pour faire de la figuration. C’est parfois dur de se remettre en question pour les joueurs, mais on a nos armes. »

Ce soir, Troyes sera au menu du SFC. Pour une entame de championnat qui s’annonce à la fois passionnante et tendue.


Source RL

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC