1 528 743 visites 8 visiteurs

Revue de presse avant le déplacement à Colmar 2

7 décembre 2013 - 09:00

Le match. Colmar (2) : 7e (4 victoires, 2 nuls, 2 défaites) ; dernier match : nul à Saint-Louis Neuweg (0-0). Sarreguemines : 8e (4 victoires, 4 défaites) ; dernier match : victoire face à l’AS Nancy-Lorraine (2) (4-3).

L’enjeu. Les deux équipes se tiennent dans un mouchoir de poche au classement avec un avantage de deux points pour les Alsaciens, invaincus à domicile. Côté sarregueminois, la troisième victoire d’affilée obtenue il y a quinze jours face à l’un des ténors du championnat, l’AS Nancy-Lorraine, prouve que les coéquipiers de Dekoun ont bien l’intention de passer quelque temps dans cet exercice.

L’avis de l’entraîneur, Sébastien Meyer. « Cela fait quinze jours que nous n’avons pas joué en compétition officielle. On va rencontrer une grosse équipe qui sera certainement renforcée par quelques pros (l’équipe fanion qui évolue en National étant au repos). De notre côté, nous sommes un peu démobilisés. »

L’effectif. Slimani et Peifer sont incertains. Pour le reste, l’équipe aura le même visage avec trois ou quatre changements possibles. Le groupe : Weinachter, Trimborn, Wengert, Karayer, Adrian, Klein, Dekoun, Miceli, M’Barki, M. et B. Cerati, Strehl, Hassli.

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC