1 944 304 visites 11 visiteurs

Revue de presse avant le déplacement à Nancy 2

15 mars 2014 - 11:07

Sarreguemines sans complexe

Le match. AS Nancy-Lorraine , 1re avec 54 points (11 victoires, 4 nuls, 2 défaites) ; dernier match : victoire à Saint-Louis Neuweg (1-3). Sarreguemines : 9e avec 36 points (7 victoires, 1 nul, 6 défaites) ; dernier match : victoire face à Amnéville (4-1).

L’enjeu. Sarreguemines s’est rassuré après avoir remporté son derby en milieu de semaine et s’est rapproché un peu plus du maintien. Maintenant, à Picot face au leader, la tâche semble difficile mais pas insurmontable preuve qu’à l’aller les Mosellans avaient freiné les Meurthe-et-Mosellans en s’imposant à la Blies. L’un joue la montée l’autre tente de se maintenir.

L’avis de l’entraîneur, Sébastien Meyer : « Sans Dekoun et Manuel Cerati que l’on perd coup sur coup ça va être difficile, on a besoin de tout le monde. On joue chez le leader et sur son synthétique. On devra être à la hauteur et très solide, on y va pour faire au mieux. »

Le groupe. Dekoun et M. Cerati sont blessés alors que Slimani et Akin sont incertains. Le groupe sera composé parmi ces joueurs : Weinachter, Trimborn, Spohr, Tasca, Karayer, Klein, Martinez, Miceli, Bnou Marzouk, Guendez, Motta, Akaaboun, Wengert, M’Barki, Puddu, Peifer, Strehl, Hassli.

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La victoire contre Pagny valide définitivement notre maintien. Le SFC jouera pour la sixième année consécutive en National 3 et c’est le principal!

L’objectif est atteint et il faut s’en réjouir tant le championnat a été difficile cette année. Quand je vois les équipes qui vont descendre ou se battent encore pour ne pas descendre, il faut le savourer.

Si on m’avait dit lors de la trêve hivernale qu’on aurait été maintenu à une journée de la fin, j’aurais signé des deux mains! Je tiens à féliciter tous les acteurs de ce maintien.

Maintenant on va aller à Mulhouse pour prendre du plaisir et pour finir à la plus haute place possible. Une place dans le top 5 serait magnifique... Et ensuite on pensera à la suite... »

Sébastien MEYER, coach SFC