1 754 231 visites 11 visiteurs

Quatre mois de travaux pour fouler le synthétique

12 avril 2014 - 09:44

Le club de football de Sarreguemines est en passe d’avoir un nouveau terrain de jeu, cité des Faïenceries. Les travaux ont démarré avec l’impressionnante phase de terrassement sur plus de 15 000 m².

L’idée d’aménager un temps le terrain synthétique, à la Blies, en lieu et place du stade actuel, a vite été abandonnée. Il aurait été situé en zone inondable. Le protéger, en le surélevant, aurait été trop coûteux.

Un autre temps, il a été question de le construire sur le site de l’ancienne caserne Gentil, libéré depuis le déménagement de la gendarmerie. « Il aurait été situé à proximité des habitations, avec un éclairage très puissant qui aurait pu gêner les riverains », explique Marc Zingraff, adjoint aux sports. A cet obstacle s’ajoutait le manque de places de stationnement aux alentours. « Nous n’avions pas d’autre choix » : trouver un autre terrain pour satisfaire la requête pressante du Sarreguemines football-club.

Cinq mètres de dénivelé

Rapidement, la ville a jeté son dévolu sur un quartier amené à évoluer, la cité des Faïenceries, et répondant à tous les critères. L’espace. La qualité du site. Les possibilités d’extension.

Les joueurs devraient démarrer leur prochaine saison sur le nouveau synthétique, rue Jaunez. Après quatre mois d’importants travaux. Ils ont démarré début avril avec l’impressionnante phase de terrassement. Et les incessants allers-retours des engins. Ils décapent le terrain. « Entre les deux extrémités, il y a cinq mètres de dénivelé », souligne Sébastien-Jean Steiner, adjoint en charge des travaux. Les masses de terre sont donc déplacées. Pour descendre le niveau d’un côté. Le remonter de l’autre. Et s’assurer de la planéité parfaite du site. « Les engins procèdent par couche de 30 cm de terre », déplacée d’un endroit à l’autre et compactée ensuite sur une surface de 15 000 m². 8 000 m² pour le terrain synthétique. Le restant pour les abords. L’éclairage. Les 200 places de stationnement. Et les vestiaires, provisoires pour commencer.

2,5 M€

Le terrassement est prévu jusqu’à la fin du mois d’avril. Viendra ensuite la phase de drainage, avec le traitement du sol sur place, pour éviter d’importantes rotations de poids lourds sur le site et des émissions de carbone. « Ce sont des données nouvelles, que nous intégrons désormais », insiste Marc Zingraff.

Différentes couches seront superposées. Une couche de forme. Une couche drainante. Une sous-couche sous le gazon synthétique, amortissante. « On ajoutera du sable pour lester » et obtenir une pelouse d’excellente qualité. Comme à Neunkirch. Mais les deux terrains ne seront pas totalement identiques. « L es techniques et les produits ont évolué. L’herbe synthétique sera ainsi nouée dans la trame pour éviter que des poils soient arrachés. Cela n’existait pas il y a deux ans », poursuit l’adjoint aux sports. Les travaux devraient s’achever en août. Coût de l’opération : 2,5 M € pour l’ensemble des aménagements.

Commentaires

PAROLES DE COACH

« Très frustré et déçu pour les joueurs suite à cette défaite. Je ne suis pas persuadé que c’est l’équipe la plus méritante qui ait gagné samedi. Notre adversaire a frappé trois fois au but sur des erreurs individuelles de notre part et marqué par deux fois...  

Nous avons maîtrisé le ballon et aussi le match, surtout en deuxième mi-temps, mais nous manquons clairement de réussite dans les deux zones de finition... C’est cruel, car nous réalisons des prestations intéressantes collectivement mais les garçons ne sont pas récompensés sur le plan comptable...  

On va continuer à travailler pour retrouver la réussite. »

Sébastien MEYER, Coach SFC