1 528 737 visites 10 visiteurs

Ils veulent jouer les premiers rôles

30 juillet 2014 - 13:16

Sous l’autorité de Sébastien Meyer, le coach, les joueurs écoutent attentivement les consignes.

Pour sa seconde saison en CFA2 dans un nouveau groupe, Sarreguemines a effectué un recrutement lourd et intelligent notamment en défense. Pour tenir son rang et faire face à des clubs huppés et mieux armés financièrement, le club a besoin de partenaires solides et fiables. A bon entendeur !

Des recrues, des ambitions, de l’envie et un budget à renforcer

Sarreguemines entamera le 23 août sa deuxième saison en CFA2 dans le groupe F. Premier match à domicile le 31 août. Avec de nouvelles ambitions et structures, le club a effectué un recrutement de qualité mais cherche des partenaires financiers solides.

 


Les footballeurs de Sarreguemines ont repris l’entraînement sous la férule de Sébastien Meyer au stade de Coubertin. Même si l’ambiance est au travail à en juger la sueur qui perle sur les visages, dans les rangs on sent déjà enthousiasme, détermination et ambition. Après une belle 5e place au classement de CFA2, le président Christopher Marie et l’entraîneur Sébastien Meyer annoncent clairement la couleur : « Il faudra faire encore mieux en sachant que la seconde saison est de loin la plus difficile ». Pour franchir un nouveau palier dans l’organisation, le travail et les structures, le Sarreguemines football club a enclenché un processus dit de "professionnalisation ". Cela se traduit par un renforcement de l’encadrement et du programme d’entraînement (3 à 4 fois par semaine dès début septembre avec dès à présent présence obligatoire), l’aménagement du foyer des joueurs avec réception des partenaires lors des matchs, mise à disposition d’un nouveau terrain synthétique par la ville, la création d’un poste de kinésithérapeute avec mise en place d’un nouveau protocole médical, la mise à disposition d’équipements nettoyés par le club…

Plus d’implication

« Tout passera chez les joueurs par davantage d’implication, de concentration et d’application tant aux entraînements qu’aux matchs », prévient le coach qui n’aura aucun état d’âme à retenir « les plus compétitifs ».

Tirant les leçons de la saison écoulée, les dirigeants ont voulu conserver l’ossature de l’équipe de la saison écoulée (c’est fait), procéder à un recrutement de qualité (c’est le cas), reconstruire la défense (avec trois recrues notamment), créer une colonne vertébrale du gardien jusqu’en attaque avec des éléments forts, engager une équipe seniors C, avoir impérativement des infrastructures correctes. « Le synthétique financé par la ville permettra à toutes les équipes de s’y entraîner mais aussi d’y faire jouer en championnat toutes les équipes de jeunes. Les équipes A et B continueront d’évoluer au stade de la Blies », annonce le président Marie.

De son côté, Sébastien Meyer affirme : « La concurrence sera rude, ce sont les meilleurs qui joueront ». On ne peut être plus clair !

Sébastien Meyer, l’entraîneur

Son bilan

Champion de DH pour sa première saison et une 5e place en CFA 2 pour la seconde. « Finir cinquième, c’était inespéré. On a eu plusieurs coups durs : trois coupures du rythme liées aux matchs remis, la perte de deux milieux défensifs (Dekoun et Cérati) pour blessure, un manque de maturité et une certaine insouciance et naïveté en défense. Heureusement, on a été dans l’offensive. Pour se maintenir en CFA2, il faut marquer ? »

Ses regrets

« Nos moyens humains, financiers et techniques étaient trop limités. Aucun contrat fédéral, un budget ridicule la saison écoulée, pas assez de sources de revenus, pas de structures et de conditions d’entraînement dignes de la CFA2. On travaille sur ces points en essay ant d’être astucieux et audacieux ».

Ses objectifs

« Garder l’ossature de l’équipe. Recruter des leaders, des personnalités qui fassent le relais sur le terrain entre moi et les joueurs. Avoir une plus-value sportive et dans la gestion du groupe. Il faut être lucide, raison garder et avoir l’humilité de dire qu’on fera face à des clubs plus huppés et mieux armés que nous. On doit donc mettre toutes les chances de notre côté. Notre volonté est de faire mieux que l’an passé. »

Christophe Marie, le président

Ses plus

• Le classement : « On visait la neuvième place. On fait mieux en terminant meilleur club amateur mosellan. Du fait des matchs remis, nous avons fait la moitié de la saison en huit semaines en jouant 13 matchs (sur 26) entre fin février et avril ».

• Le maintien : « On pensait qu’il serait assuré à 60 points, on en obtient 63. Nous l’avons assuré à Colmar en gagnant 4/3. »

• Le groupe : « On est parti avec un groupe champion de Lorraine. Il a répondu présent en donnant 150 % de son potentiel en mars-avril. Ils ont démontré de l’engagement. Il était temps que la fin de saison arrive, l’essentiel était assuré avant les trois derniers matchs. »

Ses moins

• L’affluence au stade : « On constate que le public est beaucoup plus nombreux et soutient plus son équipe en Alsace (Colmar, Saint-Louis…) et à Pontarlier. On évolue tout de même en championnat de France amateur pour la première fois depuis plus de 20 ans. »

• Le nombre de buts encaissés : « On est très offensifs avec une bonne attaque mais en défense, on a pris 66 buts. C’est trop ! »

• La coupe de France : « On a réalisé un parcours lamentable. »

Les nouveaux : émulation en vue

De gauche à droite : Idir Meridja, Sercan Yilmaz, Yanne Mavoungou, Mouhamadou Barry, Arnaud Anastassowa et Semir Louadj.


Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC