1 946 130 visites 13 visiteurs

Le nouveau synthétique bientôt opérationnel

4 septembre 2014 - 09:12

La construction du nouveau terrain synthétique, rue Edouard-Jaunez, touche à sa fin. A partir du 22 septembre, les joueurs du Sarreguemines-football-club pourront s’entraîner sur leur nouvelle pelouse.

La pelouse est déroulée. Les bancs de touche, installés. Les marquages, dessinés au sol… La construction du nouveau terrain synthétique avance à grands pas, rue Edouard-Jaunez. La surface de jeu est achevée. Les imposants mâts d’éclairage ont été placés par des grues la semaine passée. « Restent les réglages à effectuer », détaille Jean-Michel Albertus, directeur du service des sports à la Ville.

Aux abords, les ouvriers s’activent pour mettre la touche finale à l’immense complexe sportif réalisé par la municipalité. Les pare-ballons sont en train d’être montés, la voirie d’être créée pour permettre l’aménagement de près de 200 places de stationnement. « Les vestiaires modulaires, provisoires, ont été installés les uns à côté des autres , enchaîne le responsable. Il reste les finitions à l’intérieur : les raccordements électriques, au réseau d’eau, les sanitaires… »

Enfin, une clôture sera construite autour du terrain pour le protéger.

Entraînements et matchs officiels

Cette dernière ligne droite devrait s’achever le 22 septembre, pour permettre, après l’homologation du terrain, les entraînements des joueurs du Sarreguemines-football club (SFC). Mais pas seulement. « Les plus jeunes jusqu’aux équipes B, pourront y jouer leurs matches officiels , précise Jean-Michel Albertus. A priori, il serait également possible d’homologuer le terrain pour permettre aux équipes premières de jouer des matches officiels, lorsque les conditions climatiques sont extrêmes, en dernier recours. »

En dehors, le terrain sera utilisé en grande partie par les joueurs du SFC. Mais le week-end, des créneaux pourront être attribués à d’autres clubs. « L a ville compte six clubs , explique Marc Zingraff, adjoint aux sports. Nous avons privilégié la solidarité et le dialogue entre eux. »

Le FC Istanbul pourrait ainsi fouler le synthétique. De même que Welferding, Folpersviller…, « pour dépanner, notamment durant la trêve hivernale lorsque les terrains verts sont impraticables ».

Retard comblé

Avec ce nouveau synthétique, la municipalité réalise ainsi le souhait du football local. « On peut se dire que le coût est élevé pour une équipe de CFA 2, soulève Jean-Michel Albertus. Mais nous avons regardé au-delà. Les gamins ont le droit de jouer dans de bonnes conditions », avec une ville qui compte près de 1 000 licenciés dans cette discipline. Reste que l’investissement a un coût : près de 2 M€. « Nous n’avons pas traité la question du financement à la légère. C’est une dépense, c’est vrai , reconnaît Marc Zingraff. Nous connaissons les rapports difficiles du monde du foot avec l’argent. Mais nous avions énormément de retard, avec zéro synthétique. Ce qui voulait dire que nous ne pouvions pas pratiquer le football en hiver. »

La ville s’est rattrapée dans un premier temps avec Neunkirch, « parce que nous avions un terrain à disposition », puis avec le club phare de Sarreguemines. « Vu la taille de la ville et le nombre de joueurs, deux terrains suffisaient. »

Sarreguemines a aujourd’hui comblé son retard et prépare son avenir.

Les bases du siècle à venir

La ville a un temps songé à aménager un terrain synthétique au stade de la Blies. Mais elle a dû se résoudre à abandonner cette idée. « Le terrain se trouvait en zone inondable , explique Jean-Michel Albertus. Nous avions étudié différentes possibilités, en surélevant le terrain, en l’installant sur pilotis. Non seulement le coût était élevé, mais nous n’avions aucune garantie. » Le synthétique aurait été situé à proximité d’un court de tennis, des parkings, d’habitations… « Nous aurions été enfermés dans une structure urbaine, au milieu de riverains. »

Dans un deuxième temps, la municipalité a envisagé de construire le terrain au quartier Gentil, disponible suite au déménagement de la gendarmerie. « Mais nous n’étions pas propriétaire du site, contrairement à la rue Edouard-Jaunez. Il aurait également fallu détruire des bâtiments. » Le coût aurait à nouveau été trop élevé, sans compter les problèmes de pollution rencontrés sur des terrains voisins. « Les contraintes sont vite apparues trop nombreuses. »

Jusqu’à deux terrains supplémentaires

La ville a donc jeté son dévolu rue Edouard-Jaunez, à proximité de la zone commerciale et de la déviation sud. Un emplacement jugé stratégique, situé dans un quartier en pleine mutation. « Il correspond aux logiques déplacements de la population , avance Marc Zingraff. Et permet d’être proche d’un sponsor important, Continental. » Mais surtout, il permet à la municipalité de préparer l’avenir. « Nous sommes dans un espace qui pourra être évolutif » et comprendre deux autres terrains et une tribune, en plus du synthétique. « Rien n’est acté. Nous le laisserons à l’appréciation des décideurs de demain. » La ville pose les jalons. « L’investissement en tient compte. Nous essayons de préparer le siècle du football à venir. »

Article RL

Commentaires

2-1
SFC3 / LEMBERG ST LOUIS FC 43 minutes
SFC3 / LEMBERG ST LOUIS FC : résumé du match 43 minutes
7-2
SFC2 / EPINAL S A S environ 3 heures
SFC2 / EPINAL S A S : résumé du match environ 3 heures
0-6
JARVILLE JEUNES / U19-1 environ 3 heures
JARVILLE JEUNES / U19-1 : résumé du match environ 3 heures
0-1
HEILLECOURT E.S. / U17-1 environ 13 heures
HEILLECOURT E.S. / U17-1 : résumé du match environ 13 heures
3-3
NEUFGRANGE SILTZHEIM / U13-2 1 jour
NEUFGRANGE SILTZHEIM / U13-2 et NEUNKIRCH AS / U19-2 : résumés des matchs 1 jour
2-0
NEUNKIRCH AS / U19-2 1 jour
4-3
U15-2 / COCHEREN ROSBRUCK 1 jour
U15-2 / COCHEREN ROSBRUCK : résumé du match 1 jour
2-1
U15-1 / JARVILLE 1 jour
U15-1 / JARVILLE : résumé du match 1 jour

PAROLES DE COACH

« La victoire contre Pagny valide définitivement notre maintien. Le SFC jouera pour la sixième année consécutive en National 3 et c’est le principal!

L’objectif est atteint et il faut s’en réjouir tant le championnat a été difficile cette année. Quand je vois les équipes qui vont descendre ou se battent encore pour ne pas descendre, il faut le savourer.

Si on m’avait dit lors de la trêve hivernale qu’on aurait été maintenu à une journée de la fin, j’aurais signé des deux mains! Je tiens à féliciter tous les acteurs de ce maintien.

Maintenant on va aller à Mulhouse pour prendre du plaisir et pour finir à la plus haute place possible. Une place dans le top 5 serait magnifique... Et ensuite on pensera à la suite... »

Sébastien MEYER, coach SFC