1 611 135 visites 12 visiteurs

Semir Louadj fait le mûr

7 octobre 2014 - 09:23

Cinq buts en deux matches : Semir Louadj connaît des débuts tonitruants avec le 2e ex aequo de CFA 2. Ce milieu offensif, au parcours coloré, apporte aussi sa nouvelle maturité à Sarreguemines. Il raconte.

C’est un garçon apaisé qui contribue actuellement aux beaux jours du FC Sarreguemines. A 28 ans, Semir Louadj découvre les joies simples de la stabilité. Dans le civil, ce jeune marié, père de deux enfants, contrôle les pneus chez Continental. Puis, quand vient le week-end, il enfile les crampons et les buts avec : un triplé en Coupe de France pour commencer, puis un doublé en CFA2 samedi dernier. « Je n’ai joué que trois matches, mais je commence à trouver mes marques dans le système du coach et surtout à m’adapter à mes coéquipiers », explique-t-il calmement.

Le calme ne correspond pas tout à fait à l’histoire de ce milieu offensif né à Forbach. Car il fut d’abord un voyageur. Première étape : le FC Metz en préformation. « On ne m’a pas gardé, di t -il , j’ai fait une connerie ». Organiser un anniversaire dans sa chambre n’est pas bien méchant, mais jeter du gaz lacrymogène en enfermant ses invités était un peu moins amusant… Le potentiel était déjà là pourtant. La preuve : Semir Louadj a ensuite gagné la coupe Gambardella avec le FC Nantes, avec la génération des Faé et Laban notamment. « On ne m’a pas gardé non plus, mais là, je ne sais pas pourquoi… »

La suite est aussi colorée. L’ex-Canari a connu le CFA avec Forbach et Micciche à 17 ans, les U19 nationaux puis la D2 allemande avec Trèves à 18 ans, un doublé coupe-championnat assorti d’un titre de meilleur joueur au Luxembourg avec Dudelange, ou encore un séjour de trois ans à Grevenmacher. Le tout en revenant régulièrement vers ses racines, à Forbach, histoire d’amuser aussi les filets de DH à l’occasion. Un regret dans ce parcours ? « J’aurais peut-être dû rester en Allemagne, pour jouer plus haut , remarque-t-il. J’avais déjà un CV sympa à 19 ans. »

« Montrer l’exemple »

Lorsque Sarreguemines s’est manifesté cet été, Louadj a flairé l’occasion de se poser. « On voulait recruter des garçons d’expérience, capables d’encadrer le groupe , explique Sébastien Meyer. Semir est un joueur fin, assez petit, rapide, mais aussi un super mec, un leader. Il apporte sa maturité sur et en dehors du terrain. » « Je suis content de revenir dans la région, complète la recrue. Je connaissais le coach et le projet m’a plu. J’y perds peut-être de l’argent, mais j’avais envie de quitter le Lux’. Comme je venais d’acheter une maison à Schoeneck, c’était tout un micmac. »

Avec ses collègues de travail et de terrain Strehl et MBarki, Louadj savoure aujourd’hui cette place de 2e ex aequo de CFA2. « Ma saison est lancée , savoure l’intéressé. Je n’ai pas d’objectif personnel, juste l’envie de terminer bien haut avec Sarreguemines. Si on pouvait faire un coup en Coupe de France et essayer de monter en CFA, ce serait énorme. »

Le jeune homme vient aussi de participer à la Conti Team Cup, à Francfort, preuve que ce choix de carrière ne l’empêche pas de voir du pays. Il reste donc un peu voyageur mais il a rangé le garçon turbulent dans un tiroir. « Les conneries sont derrière moi, mais je n’en ai jamais fait de grosse s, assure-t-il. Maintenant, je dois montrer l’exemple à mes enfants. » Apaisé Louadj, vraiment.

Article RL

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC