1 754 175 visites 6 visiteurs

Sarreguemines : l’appel du large

31 octobre 2014 - 08:57

Appelé à voyager en Guadeloupe pour la Coupe de France à la mi-novembre, Sarreguemines s’organise : il faut choisir les heureux élus et gérer le championnat en parallèle. Avec un derby à Amnéville pour commencer.

A l’origine, « une boutade ». Comme tous les clubs de CFA et CFA2, le Sarreguemines FC était éligible à un petit tour dans les DOM-TOM. Les joueurs étaient naturellement partants. L’entraîneur, Sébastien Meyer, n’était « pas demandeur ». Sous le poids de la majorité, le président Christophe Marie a pourtant inscrit la candidature mosellane. Presque pour rire. Sans trop y croire surtout. Jusqu’à ce mardi soir, qui a converti la plaisanterie en réalité concrète.

Sarreguemines jouera donc son 7e tour contre le vainqueur entre le CS Le Moule et l’US Baie-Mahault. Direction la Guadeloupe donc. La délégation lorraine s’envolera du 11 au 18 novembre. Pour l’heure, elle s’organise. Il faut négocier une semaine de congés, décider de l’effectif à emmener, des accompagnants aussi…

« Franchement, on ne pensait pas être tiré au sort, admet l’entraîneur. C’est une opportunité en or pour le groupe et pour nous souder, mais elle peut aussi faire beaucoup de déçus. La Fédé (FFF) prendra en charge le déplacement de vingt personnes, dont seize joueurs. Il va falloir faire des choix, mais on voit aussi de notre côté s’il est possible de faire venir plus de monde. »

« A double tranchant »

Sébastien Meyer s’est renseigné. « Je pense qu’on jouera Le Moule, dit-il encore. Ce club accumule les titres de champion depuis dix ans et il a gagné la Coupe des Antilles. L’an dernier, Chambly, qui est monté en National depuis, a gagné petitement au 7e tour là-bas. Terrain difficile, 5500 spectateurs survoltés : c e serait un exploit de passer. Avec neuf heures de voyage, le décalage horaire, il faut aussi assumer tout ça. »

Pour l’heure, le sujet est tabou à Sarreguemines. « A l’entraînement, je n’en parle pas », confie encore le technicien. Et pour cause : invaincu depuis neuf sorties, toutes compétitions confondues, Sarreguemines pourrait briser sa belle dynamique en s’égarant dans ses rêveries ultra-marines. D’autant que les coéquipiers de Christophe Miceli sont d’abord appelés à négocier un derby à Amnéville demain. « Je ne veux pas que ce tirage soit à double tranchant , prolonge Meyer. J’ai peur du cadeau empoisonné, du syndrôme Guadeloupe. Tout le monde veut venir mais j’ai prévenu mes joueurs. Je ferai les choix pour la Coupe en fonction des deux prochains matches de championnat. »

Ceux qui brillent auront donc des chances de voir le soleil. Le levier de motivation est formidable. Certains, pourtant, n’auront pas l’occasion de l’activer ce week-end. Klein et Guendez sont suspendus, tandis que Tasca et Dekoune, grippés, demeuraient incertains hier. Mais les valides connaissent le contrat : avant d’avoir la tête en Guadeloupe, il faut garder celle du championnat. Rester leader avant l’appel du large.

Fraîchement éliminé par Epinal en Coupe, le CSO Amnéville regarde, lui, vers un autre horizon. Comme confirmer sa relance en CFA2, en jetant un peu de grisaille dans le quotidien sarregueminois.

Voir également

Commentaires

PAROLES DE COACH

« Très frustré et déçu pour les joueurs suite à cette défaite. Je ne suis pas persuadé que c’est l’équipe la plus méritante qui ait gagné samedi. Notre adversaire a frappé trois fois au but sur des erreurs individuelles de notre part et marqué par deux fois...  

Nous avons maîtrisé le ballon et aussi le match, surtout en deuxième mi-temps, mais nous manquons clairement de réussite dans les deux zones de finition... C’est cruel, car nous réalisons des prestations intéressantes collectivement mais les garçons ne sont pas récompensés sur le plan comptable...  

On va continuer à travailler pour retrouver la réussite. »

Sébastien MEYER, Coach SFC