1 616 240 visites 15 visiteurs

Revue de presse avant la réception d'Auxerre

6 décembre 2014 - 10:30

Sarreguemines espère « le match parfait »

Sarreguemines attend l’AJ Auxerre, cet après-midi, pour essayer de prolonger sa délicieuse aventure en Coupe de France. Quelque 3 000 spectateurs sont espérés au stade de la Blies.

Ils ont emprunté la route du Rhum à leur manière et connu une ivresse incomparable dans une carrière amateur : une virée en Guadeloupe pour une qualification au bout de la nuit et au terme d’une séance étouffante de penaltys. Changement de décor aujourd’hui pour un 8etour de Coupe de France aux effluves de Chablis. C’est l’AJ Auxerre, le 7e de Ligue 2, qui s’invite à la table des Faïenciers. Pour mettre fin à une parenthèse enchantée ou, c’est selon, pour prolonger la folle idylle de Sarreguemines avec cette compétition.

Après un « braquage » prémédité en Guadeloupe, Sébastien Meyer espère sortir le casse du siècle pour voir les 32es de finale et une possible tranche de rêve contre une écurie de Ligue 1. « Il faudra faire le match parfait et aller chercher chaque supporter un par un, car j’aimerais un gros soutien de notre public , explique l’entraîneur. Ça reste jouable car mon équipe est imprévisible, à la fois capable de perdre contre plus petit et de gagner contre meilleur qu’elle… Après, cela reste des pros en face. On a une chance sur dix de passer. »

Vannuchi : « Respecter cet adversaire »

Quelque 3 000 supporters sont attendus au stade de la Blies tout à l’heure. Ils ne seront pas de trop pour porter une équipe qui a accumulé les mauvaises nouvelles ces derniers jours. Idir Meridja est suspendu, Arnaud Anastassowa toujours gêné par son genou, Yannik Dekoun, le capitaine, est resté au soleil et Florian Trimborn, le sauveur des Abymes, est blessé à la main. Le sort des Faïenciers reposera donc, cette fois, entre les gants de « Junior » Grebil, un jeune gardien de 18 ans. « Il vient de sortir deux gros arrêts à Haguenau », rappelle son coach.

Pour parfaire le traquenard, Sébastien Meyer espérait aussi une pelouse désastreuse mais « l e terrain n’est pas si mal , dit-il. Pour une fois, j’aurais préféré qu’il soit pire ! » Son homologue bourguignon craint malgré tout le bourbier. « On va mettre l’esthétique de côté pour un jeu plus direct », admet Jean-Luc Vannuchi. Ce dernier a d’ailleurs étudié son affaire et décelé des failles : « Sarreguemines a une très bonne équipe sur attaque rapide, mais elle est en difficulté défensivement. Il faudra mettre le plus grand sérieux, la plus grande application et respecter cet adversaire. »

« Si on arrive à 0-0 à la mi-temps, ça peut le faire », imagine à son tour Sébastien Meyer. Puis, rassurant : « Je sens les garçons plus sereins. Malgré l’absence de joueurs, ils font confiance à ceux qui les remplaceront. Moi aussi, l’expérience en Guadeloupe m’a blindé et j’ai vu comment ils réagissaient face à une grosse pression du public. Je crois vraiment en leur capacité à répondre présent. »

Pour relâcher un peu la pression, l’intéressé s’est accordé une journée en famille jeudi et un tour chez le coiffeur hier. Chacun pourra découvrir, aujourd’hui, quelle coupe est la plus réussie, sachant qu’une qualification, même tirée par les cheveux, garantira une dotation de 35 000 euros au club. Un autre bonheur en prime…

« Une aura extraordinaire »

Christophe Marie, président du Sarreguemines FC règle les derniers détails avant la rencontre de Coupe de France face à l’AJ Auxerre. Il a pris le temps de répondre à nos questions.

L’INTERVIEW

•Ressentez-vous de la pression avant le match contre Auxerre ?

« C’est énorme. Elle pèse sur l’ensemble du club, aussi bien les joueurs pour l’aspect sportif que l’ensemble du comité pour l’organisation. »

• L’organisation d’un tel match est-elle différente de celle des rencontres de championnat ?

« C’est complètement différent. Nous avons sollicité tous les seniors du club et ceux de l’US Willerwald. Ils nous aident car nous avons besoin de stadiers, de monde en tribune, sans compter la buvette et la vente de billets. »

• Espérez-vous des retombées pour la suite de la saison grâce à cette affiche ?

« Pour attirer de futurs sponsors, nous avons proposé un pack à 50 € avec parking, réception, écharpes. Toutes les sociétés sollicitées ont répondu présent. Les résultats font que davantage de spectateurs viennent nous voir. Notre parcours en Coupe nous apporte une aura extraordinaire. Cela ressurgit sur les matchs de championnat où nous avons davantage de personnes pour nous voir. »

•Pensez-vous avoir une chance contre l’AJA ?

« Tout est possible, c’est un match de foot ! On ne passe pas pour favori. C’est une belle affiche, contre un club qui a un passé. Mieux vaut tomber contre une équipe de Ligue 2 que de se faire éliminer par un club de DH. Mais nous n’avons pas encore perdu… Nous avons reçu une invitation pour le tirage au sort des 32e de finale et nous n’avons pas encore répondu, par superstition. »

• Le match compliqué contre la Guadeloupe a dû resserrer les liens dans l’équipe…

« Oui, c’est sûr. Mais nos déconvenues à Illzach [match reporté suite à du brouillard] ont soudé le groupe davantage. Cela va être très dur avec nos nombreux blessés. Je suis certains que Sébastien [Meyer l’entraîneur trouvera les mots pour motiver ses joueurs à 300 %. »

• Comment abordez-vous ce match ?

« Je suis très serein. Après le retour de Guadeloupe, j’ai pris du recul. Je ne suis rentré que lundi. Le comité a veillé à ce que tout se passe dans de bonnes conditions. Il reste toujours de petits détails à régler à la dernière minute. »

Jean-Luc Vannuchi, entraîneur d’Auxerre, se méfie de Sarreguemines

L’entraîneur de l’AJ Auxerre prend très au sérieux le match contre Sarreguemines pour ce 8e tour de la Coupe de France.

Relégué en Ligue 2 depuis 2011, l’AJ Auxerre n’en est pas pour autant un club modeste. A son palmarès : un championnat de France, quatre coupes de France, une coupe Intertoto… bref c’est un géant du football français que s’apprête à accueillir Sarreguemines ce samedi.

Alors qu’on a vu que Sébastien Meyer affûte ses armes avec ses joueurs, (lire RL du 4 décembre), Jean-Luc Vannuchi, n’est pas en reste non plus. La Coupe de France, il connaît, puisqu’en 1997, il disputait la finale de cette prestigieuse compétition avec l’EA Guingamp contre son club formateur qu’il a quitté la saison précédente, l’OGC Nice. Il est l’entraîneur d’Auxerre depuis mars 2014.

• Connaissez-vous le club de Sarreguemines ?

« Oui, notre équipe réserve a gagné 3-0 contre eux en championnat. Après ils ont gagné cinq matches d’affilée. Je pense qu’il faut se méfier de cette équipe. »

• Comment préparez-vous ce match ?

« Nous prenons au sérieux tous nos adversaires. Surtout en Coupe de France où tout est ouvert. On a regardé des vidéos de Sarreguemines, c’est une équipe qui est assez à l’aise, même si leur point faible c’est la défense. Mais ce qui m’inquiète le plus c’est l’état de la pelouse sur laquelle nous allons jouer. »

• Quelle équipe allez vous aligner ?

« Vous verrez bien aujourd‘hui. Je peux juste vous dire qu’il n’y aura pas un grand bouleversement dans l’effectif. »

Commentaires

Davy Firmery et BRUNO TISON ont pronostiqué SFC Saison 2017-2018 environ 11 heures
U17-1 / US Forbach environ 14 heures
SFC vs FC MULHOUSE 1-0 1 jour
National 3 à la loupe : Lunéville avance avec humilité et 2 autres 1 jour
SFC Saison 2017-2018 : nouvelle journée 1 jour
1-0
SFC / FC MULHOUSE 1 jour
SFC / FC MULHOUSE : résumé du match 1 jour
0-11
ALLIANCE 2008 / U15-1 2 jours
ALLIANCE 2008 / U15-1 : résumé du match 2 jours
ALLIANCE 2008 / U15-1 2 jours
0-3
FR Haguenau (u15 InterRégional) / U17-1 2 jours
FR Haguenau (u15 InterRégional) / U17-1 : résumé du match 2 jours
SFC vs FC MULHOUSE 1-0 : nouvelles photos 3 jours
SFC vs FC MULHOUSE 1-0 3 jours
Yolande Bitsch, Romain TAILLEUR et Ced Hoy ont pronostiqué SFC Saison 2017-2018 4 jours

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC