1 529 855 visites 9 visiteurs

Revue de presse avant la réception d'Amnéville

14 mars 2015 - 09:38

Sarreguemines -Amnéville, encore !

Pour la troisième fois de la saison, Sarregueminois et Amnévillois se retrouvent ce soir pour un nouveau derby. Les Thermaux mènent 2-0...

Jamais deux sans trois ? Cette expression, David Fanzel espère bien sûr la vérifier, ce soir à Sarreguemines. L’entraîneur amnévillois serait alors à la tête d’une équipe qui a fait tomber trois fois les Faïenciers en une saison, après les succès en championnat début novembre (2-0) puis en Coupe de Lorraine il y a un mois environ (encore 2-0). Pas mal lorsqu’on se rappelle que les Sarregueminois étaient leurs bêtes noires ces deux dernières années…

« C’est vrai qu’on les a déjà battus deux fois mais le premier coup, ils venaient juste d’apprendre qu’ils partaient pour la Guadeloupe en Coupe de France et le deuxième, ils manquaient de rythme après n’avoir joué qu’une fois en 2015 » , tempère le technicien amnévillois en reprenant là… les arguments de son homologue adverse.

Pas étonnant, les deux entraîneurs mosellans entretiennent d’excellentes relations. « On s’appelle très souvent, presque chaque semaine pour se donner des infos, confirme Sébastien Meyer. Et puis nos dirigeants et les deux groupes n’ont pas de soucis. C’est bien un match différent de d’habitude mais ce n’est pas aussi symbolique que si c’était contre Forbach. » « C’est un derby mais on n’a rien contre eux » , synthétise Fanzel, en refusant toujours l’étiquette de favori qui colle à la peau des siens au vu de leur dynamique (2 victoires lors des trois dernières sorties).

« C’est vrai qu’on est bien en ce moment mais c’est dur de le rester d’un week-end à l’autre , poursuit-il, lui qui sera privé de Lahoussine, suspendu, ou encore de Kébé et Iannantuoni, blessés. Du côté des Faïenciers, c’est Hassli, exclu mercredi face à Schiltigheim (2-2), qui manquera à l’appel, tout comme Strehl, blessé à la cheville lors de la même rencontre. Un soir plutôt noir qui a pourtant fait du bien aux Sarregueminois.

« Mettre plus de fierté »

« Paradoxalement, on a été bougés plus que dans d’autres rencontres mais on a réussi à prendre des points et à égaliser en étant dominés. Ces ressources mentales retrouvées, c’est très positif » , apprécie Meyer, dont l’équipe restait jusque-là sur cinq défaites consécutives. « J’espère qu’on gardera cet état d’esprit demain (aujourd’hui) et qu’on piquera plus Amnéville que lors des deux premiers matches, qu’on mettra plus de fierté pour redéclencher une nouvelle dynamique. »

Les deux équipes, séparées de deux points au classement – Amnéville est 7e , Sarreguemines, 8e – ont encore besoin de quelques unités pour assurer leur maintien. « Avec deux victoires supplémentaires, on sera tranquille » , résume le coach sarregueminois, là encore rejoint par son alter ego.

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC