1 611 138 visites 12 visiteurs

Dall'Oglio : "un match âpre"

4 décembre 2015 - 11:24

Pour le compte du huitième tour de Coupe de France, le DFCO se déplace au stade de la Blies pour affronter Sarreguemines, actuel septième du groupe F en CFA2. Olivier Dall’Oglio craint la qualité de la pelouse et s’attend à un combat digne de cette compétition.

 

Des nouvelles de l’infirmerie

« Quentin Bernard est en préparation personnelle. Wesley Saïd, Mamadou Thiam sont blessés, Yohann Rivière s’est reblessé. C’est la même blessure aux ischios, il en a pour un bon mois d’arrêt. On a trois attaquants blessés, c’est un peu dommage. On verra comment les plus jeunes vont récupérer. Wesley, ça pourrait être courant de la semaine prochaine, Thiam a une douleur sur le pied et sur le tendon d’Achille. »

 

Des joueurs au repos

« Il y aura peut-être un turnover au niveau du banc, mais sinon, ce seront les attaquants qui jouent d’habitude qui seront alignés. Le turnover se fera plus sur la défense. Cédric Varrault sera au repos. Frédéric Sammaritano, Romain Amalfitano et Christopher Jullien resteront au repos. Enzo Basilio sera dans le but, Baptiste Reynet étant aussi au repos. »

 

Une pelouse qui risque de niveler les niveaux

« La première des choses que l’on sait, c’est que le terrain n’est pas bon. Pour jouer au ballon et développer du jeu, ça va être dur. Ça va niveler tout ça. Ils ont récupéré Hassli qui est un ancien pro de Metz. On sait qu’ils ont une très bonne attaque avec des individualités intéressantes devant. Ils sont en milieu de tableau en championnat. Au niveau axial, ils ont des bons milieux de terrain. Ce qui m’embête le plus, c’est le terrain. »

 

La CFA2, déjà du costaud

« Par rapport à Veyle/Saône, ce sont des joueurs qui auront beaucoup plus de qualités. Ce ne sera pas le même genre de match. On a vu Auxerre se faire éliminer à Limoges. C’est du niveau de notre équipe réserve, et on voit bien les matchs de CFA2, quand on met quatre ou cinq pros, on ne gagne pas haut la main… De leur côté, il y a une surmotivation, surtout dans les premières minutes. Si le match se passe bien pour eux, ça leur donne encore plus de confiance. Il y a une grosse attente des supporters, ça va se lever, ça va faire du bruit. Défensivement, il faut que l’on soit solide et que l’on adapte notre jeu par rapport au terrain. Il faudra caler des ballons plus hauts. On l’a vu l’année dernière à Concarneau… Ce sera un match âpre et j’ai une grosse attente auprès des joueurs qui seront sur le terrain. Il faut qu’ils se montrent et démontrent qu’ils ne sont pas là par hasard, et que je peux compter sur eux pour la suite du championnat. »

 

Un moyen de marquer des points

« Pierre Lees-Melou, qui a besoin de temps de jeu, va certainement nous apporter sur les prochains mois. Je pense aussi à Granddi Ngoyi qui a alterné blessures et reprises. C’est un joueur d’expérience dont nous aurons besoin en fin de championnat. On a besoin des Steven Paulle et Gaël Andonian. Ils doivent se maintenir au niveau. Les coupes, c’est un bon moyen de se montrer pour postuler et pour leur carrière. C’est important. Ça peut faire tâche de se faire éliminer. Mais c’est possible de se faire éliminer, car on va ramer. »

 

Les Coupes, une surcharge ou un plaisir ? 

« Sur les semaines à trois matchs, effectivement, c’est une gestion. J’ai besoin de tout le monde. Est-ce que c’est une surcharge ? Peut-être pas car on a besoin de jouer. Il ne faut négliger aucun match. Quand on a la chance d'être professionnel , et quand on doit jouer des matches , il faut les prendre. 

 

Source : site internet DFCO : www.dfco.fr

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC