1 783 056 visites 5 visiteurs

Ismaël Assekour au rebond au SFC

8 août 2016 - 16:54

Cette année sera celle du retour aux sources pour Ismaël Assekour, le natif de Metz. Un retour qui fait suite à trois années à l’étranger faites de fortunes diverses. La saison dernière, les blessures à répétition ont finalement motivé son choix de revenir en France. Une décision qui s’explique aussi par l’envie de « retrouver un niveau de jeu plus élevé », un élément important pour l’ancien joueur d’Arlon (Belgique).

Une intégration à grande vitesse

Une volonté en phase avec les propositions de plusieurs clubs de CFA 2 reçues à l’intersaison. Au moment de donner un nouvel élan à sa carrière, le joueur de 28 ans a donné son accord à Sarreguemines, dont « le projet sportif ambitieux a fait la différence ».

Pour l’entraîneur du SFC, Sebastien Meyer, sa nouvelle recrue est « comme un poisson dans l’eau » au sein de son groupe. La comparaison est à l’image du ressenti de l’ancien attaquant de Forbach. « L’expérience que j’ai déjà eue dans la région m’a rendu l’intégration facile. Avant d’arriver, je connaissais le groupe, l’entraîneur également. » Un plus non négligeable pour lancer une nouvelle expérience.

Alors, en vue de la saison à venir, Ismaël Assekour a déjà un premier objectif : « Revenir à mon meilleur niveau, car après mes blessures, je ne suis pas encore à 100 %. » Et il aura fort à faire au sein d’un club qui progresse chaque année et qui compte désormais sur lui pour faire oublier le départ de son ex-joueur vedette, Saïd Idazza, parti à Concarneau en National.

Source : Le Républicain Lorrain
Crédit Photo : Frédéric LAUER

Commentaires

PAROLES DE COACH

"Le match nul à Pagny est encore une nouvelle contre-performance. Malgré les nombreuses absences, encore une fois, je pense que nous avions l’équipe pour mieux faire.

Malheureusement, notre entame du match et notre première mi-temps nous pénalisent. Menés logiquement au score à la mi-temps, il a de nouveau fallu réagir... Le seul point positif est d’avoir réussi à égaliser à 10 contre 11.

Maintenant il faut profiter de la première véritable trêve depuis quatre ans pour se poser les bonnes questions. Ce championnat fait appel à des valeurs que je n’ai pas assez vues dans mon équipe lors de la première partie de saison ..."

Sébastien MEYER, coach SFC