1 607 970 visites 14 visiteurs

Le CFA2 à la loupe - Sept Alsaciens ambitieux

18 août 2016 - 09:42

Plus que jamais, le groupe D du CFA 2 sera la préfiguration du National 3, puisqu’il épouse déjà exactement les contours de la région Grand Est. Et les prétendants à la montée en National 2 (le futur ex-CFA), sans l’avouer véritablement, sont nombreux.
 

La saison du grand test

Qu’il est ardu, voire même impossible, de dégager l’une ou l’autre équipe quand Philippe Knobloch (FR Haguenau) en voit sept ou huit dont la sienne jouer un rôle majeur, tout en désignant cinq parmi elles comme favorites.

« Je mise sur les réserves de Metz et de Nancy, forcément sur Sarre-Union dont l’effectif est de CFA, sur Sarreguemines et Schiltigheim, comme candidats à la montée. Quant à mes joueurs, leur objectif sera d’embêter le plus d’équipes et de faire les comptes à la trêve. »

« Personne ne peut claironner qu’il veut ou va terminer premier »

Il voit une saison « passionnante à disputer » pour ses joueurs à la condition « de trouver une véritable assise défensive, la volonté et l’écoute ne manquant pas », lui dont l’équipe a bouclé l’exercice passé à la 9e place, soulevant au passage la Coupe d’Alsace.

« Ce championnat a des chances d’être très disputé, puisque très relevé », fait encore remarquer l’entraîneur haguenovien.

José Guerra, manager général du SC Schiltigheim, associé cette saison à Francisco Da Costa qui en sera l’entraîneur officiel, tient à peu près le même discours en observateur autant avisé qu’expérimenté.

« Tout le monde ou presque a beaucoup d’ambitions, mais personne ne peut claironner qu’il veut ou va terminer premier. Notre club veut clairement franchir un palier, faire mieux que la saison passée terminée à la 6e place. »

Avec les arrivées de Mathlouthi, Decker, Genghini et Dreyer notamment, sans oublier les gens en place comme Gauclin, on voit mal les “Verts” du Sporting enrager.

« Mes joueurs, ceux qui viennent du monde professionnel, et ceux qui sont de purs amateurs, vont devoir partager leurs expériences au profit du club », espère le manager général.

Tout comme on voit mal Sarre-Union ne pas jouer le haut du classement malgré la descente, avec le retour d’Omar Hassidou en prime.

« Sincèrement, je vois au moins huit équipes se dégager, sans faire insulte aux autres, reprend José Guerra. Celles de Metz II, Nancy II et du Racing II seront très compétitives, leurs formations premières étant en L1 ou en L2. Et puis, quand je vois les effectifs et le recrutement de Sarreguemines, Lunéville ou de Prix-Les-Mézières, je me dis que ces clubs sont également ambitieux. Les Champenois, pour monter en CFA 2, n’ont concédé qu’un nul et une défaite. Je nous compte dans ces équipes, comme le FR Haguenau. »

Côté alsacien, hormis Sarre-Union qu’on imagine donc en haut, on surveillera également les parcours de l’ASIM, qui s’apprête à souffrir après les départs de quelques joueurs du haut du panier, de Biesheim, qui avait été repêché puisque faisant partie des meilleurs 12es du CFA 2, et bien sûr de Vauban de retour au niveau national, presque un minimum.

Le petit monde du football aime souvent se nourrir de surprises

Il appartient à ces trois entités de se révéler, puisque le petit monde du football aime souvent se nourrir de surprises.

Quant aux ambitieux avoués, avec la refonte des championnats prévue à la fin de la saison, qui fait suite à la réforme territoriale, ce sera aussi la dernière fois que le deuxième pourra être promu dans le futur National 2.

Dans ce contexte particulier, les clubs alsaciens du Grand Est passeront donc un grand test. Après correction des copies, ils espèrent être reçus à l’écrit, s’inviter en classe supérieure.

 

Source DNA.fr

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC