1 530 042 visites 12 visiteurs

Florian Trimborn : la tour de la défense

17 septembre 2016 - 09:15

Le gardien du SFC a fait une saison exceptionnelle tant en championnat qu’en coupe de France. Contre son ancien club qui vise la montée en CFA, il espère briller encore pour faire gagner le SFC

Il a été l’un des héros de la Coupe de France en réalisant deux matchs magistraux contre Dijon et Valenciennes. En championnat de CFA2, il a souvent été l’homme providentiel dans les buts. A telle enseigne qu’il est devenu la tour de la défense. Depuis qu’il a succédé à Weinachter en tant que gardien de but titulaire, Florian Trimborn est devenu l’une des valeurs sûres du Sarreguemines Football-club. Pas du genre à avoir la grosse tête, bon camarade de jeu, très fort sur sa ligne, il entame à 27 ans sa cinquième saison au SFC. Auparavant, il a évolué pendant deux saisons à… Sarre-Union, qui dépose justement sa carte de visite à la Blies.

« J’étais une saison en équipe B, puis j’ai fini la saison en équipe première en CFA2. Ce derby aura une saveur particulière pour moi. Sarre-Union était en CFA, leur objectif, c’est d’y retourner. Ils en ont les moyens. On devra livrer un gros match pour les battre. » En début d’année, Sarreguemines et Sarre-Union ont brillé en Coupe de France et auraient très bien pu se retrouver face à face en 16ede finale. Ce rendez-vous manqué se concrétise donc en CFA2 ce samedi, à partir de 17 h.

Lors du dernier match à Illzach Modenheim, Sarreguemines a subi un naufrage collectif. « Cela fait trois ans qu’on y gagnait », reprend Florian « mais là, cela a été la douche froide. Sur le papier, ce sont les plus faibles, car ils ont perdu de bons éléments. Mais il nous manquait 5 titulaires. Du coup, l’équipe a été modifiée. Et devant moi, je n’avais pas la même défense que lors des deux premiers matchs. »

Quantité et qualité

Comme Sarre-Union, Sarreguemines est l’équipe à battre dans le groupe. « Tous les médias nous voient en haut du tableau. Pour y arriver, il faudra que tout le monde soit à 100 % à chaque match. L’an passé, personne ne nous attendait à la 3e place. Cette saison, le club a recruté en quantité et en qualité. On a les armes pour monter mais tout le monde n’a pas encore pris conscience qu’on est attendus partout. Notre engagement sur le terrain doit se décupler. Le moindre relâchement se paiera cash. Tous les matchs vont être difficiles. » Une lucidité, une vision que Florian veut faire partager à ses coéquipiers. « On n’a pas encore notre équipe type, mais ça va venir ! » Contre Sarre-Union, le gardien du SFC espère que les titulaires seront de retour et que plusieurs nouvelles recrues seront opérationnelles. A 27 ans, Florian Trimborn a le potentiel pour jouer à l’échelon supérieur et ailleurs. Mais sa seule envie, c’est d’y parvenir avec le SFC.

« J’ai trouvé un équilibre entre ma vie familiale (il est marié et père d’un enfant d’un an), ma vie professionnelle (chez Toussaint à Woustviller) et sportive. Le foot prend beaucoup de place dans ma vie mais j’arrive à gérer avec le soutien de ma femme. »

Demain soir, Florian et les siens devront être solides et solidaires. Face à une formation de Sarre-Union qui rêve de faire chuter l’un de ses plus sérieux concurrents à la montée en CFA.

Source : Le Républicain Lorrain
Crédit photo : SFC

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC