1 607 844 visites 11 visiteurs

COUPE DE FRANCE : CONTINUER LA BELLE HISTOIRE

12 novembre 2016 - 13:18

Le SFC, qui reste sur une lourde défaite en CFA 2 face à Schiltigheim (0-4), va chercher du réconfort à Bischheim, ce samedi en Coupe de France.

La joue encore rouge et douloureuse, le Sarreguemines FC retrouve le chemin de sa chère et tendre Coupe de France. Une semaine après une grosse claque concédée à domicile, en CFA 2, contre Schiltigheim (0-4). « J’ai encore beaucoup de mal à comprendre, avoue Sébastien Meyer, désabusé. Pourtant, on avait bien travaillé durant la semaine mais on a réalisé une première mi-temps catastrophique. » « On n’a pas été bon, tout simplement, embraye son défenseur, Fahdi Redjam. On n’a pas écouté les consignes du coach. Le score est un peu sévère mais c’est une défaite méritée. »

Derrière laquelle il va falloir rebondir. La Coupe de France arrive dès lors comme une bénédiction, tant elle sourit au SFC ces dernières années. On s’en souvient, le club mosellan était arrivé jusqu’aux seizièmes de finale en janvier dernier, après avoir réussi l’exploit de sortir deux équipes de Ligue 2, Dijon puis Valenciennes. « On souhaite revivre les mêmes émotions », raconte Meyer, qui a invité ses joueurs à « se remettre en question » cette semaine. « On a le droit de passer au travers mais il faut se remettre au travail, revenir aux fondamentaux, retrouver nos vertus physiques. Nos qualités ne se sont pas envolées. » « Il vaut mieux perdre une fois 4-0 que quatre fois 1-0. Maintenant, on passe à autre chose et on apprend de nos erreurs », confirme Redjam.

Un vrai objectif

À la différence de l’année dernière, Sarreguemines dispute, pour l’instant, ses matches de Coupe loin du stade de la Blies. Au programme ce samedi, un déplacement en Alsace du côté de Bischheim, formation de DH. « Comme toujours en Coupe de France, c’est un match piège, prévient le défenseur sarregueminois. C’est chaud, il y aura du monde, ça va se jouer sur un détail comme aux tours précédents. »

Au cours desquels le SFC était passé entre les mailles du filet, que ce soit à Hagondange (1-1, 4-2 aux tirs au but) ou chez les Portugais de Thionville (0-1). « Il faut avoir de la réussite comme l’année dernière, estime Fahdi Redjam. On a vécu quelque chose d’énorme et on doit se servir de cette expérience. »

Sarreguemines a tellement pris goût à la vieille dame qu’il en a fait un vrai objectif cette année. Le club mosellan ne vise pas une victoire au Stade de France. Non. Il veut simplement revoir son stade plein comme un œuf et « donner du plaisir aux gens du coin, pourquoi pas en recevant une équipe de Ligue 1 », selon les mots de son arrière droit.

Pour ce faire, il a bien étoffé son effectif cet été afin d’être capable de se battre sur deux fronts. Il est donc tout à fait possible de voir Sébastien Meyer procéder à un turn-over ce samedi. « Ça avait déjà été le cas aux tours précédents. On a un effectif de qualité avec 20 joueurs qui peuvent prétendre à une place dans le groupe des 16. Si on veut continuer à progresser, ça passe par la concurrence. Après le match de Schiltigheim, il pourrait y avoir quelques changements. » Aux remplaçants de faire le travail pour relancer la machine sarregueminoise et rêver d’un nouveau beau parcours.

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

La 100ème de mon équipe en CFA2 restera comme une belle journée.

Pour le plus long déplacement de la saison à Prix-lès-Mezieres, équipe qui n'avait perdu qu'à une reprise à domicile et qui venait de battre le leader Schiltigheim, on savait que la tâche serait ardue mais mes garçons, malgré les absences, ont encore une fois fait preuve d'ambitions dans le jeu.

Le terrain difficile n'aura pas empêché mes joueurs d'avoir des intentions offensives.

Même si on a manqué d'équilibre dans le jeu et même si je regrette notre relâchement fâcheux à 0-2, je suis content de la prestation et surtout de la réaction après l'égalisation pirisienne.

On a continué à se créer de nombreuses occasions. Mon groupe vit bien et cela se ressent sur le terrain.

Sébastien MEYER, coach SFC