2 074 183 visites 14 visiteurs

SFC - OL : l'improbable amitié

12 avril 2018 - 08:12

Christophe Marie a retrouvé Jean-Michel Aulas, dimanche à Saint-Symphorien, lors de Metz-Lyon. Le président du Sarreguemines FC a lié une amitié assez improbable avec son homologue lyonnais.

D’un côté, le « petit » Sarreguemines FC. De l’autre, le « grand » Olympique Lyonnais. A priori rien en commun entre ces deux-là. Le premier évolue en National 3, le cinquième échelon du foot français, quand le second joue l’Europe chaque année ou presque. Pourtant, une amitié lie les présidents des deux clubs depuis l’an dernier. «  France Football avait fait un article sur nous lorsqu’on était au tirage au sort des 16es de finale de la Coupe de France, à Lyon », raconte Christophe Marie. « Ils avaient titré Sarreguemines, un mini-OL parce que la gestion de Jean-Michel Aulas m’inspire et qu’il y a beaucoup à apprendre de ses méthodes. »

Le compliment flatte le président lyonnais, qui invite Christophe Marie et son épouse quelques semaines plus tard dans le Rhône. « On a déjeuné en privé, ça a scellé notre amitié. Quand on se croise à la Fédé, il y a un respect mutuel entre nous. Mais je reste un petit parmi les grands », sourit Christophe Marie.

Le président du SFC se félicite d’avoir été « reçu en grande pompe » en février dernier avec la section féminine de son club. « Anne-Laure Mast, la coach des filles, est fan de Camille Abily. J’ai fait jouer mes relations… Elles ont organisé une tombola à Noël pour financer le voyage. On a été invité pour le week-end, on est allé au match Lyon-Rennes… Elles avaient des étoiles plein les yeux ! »

« Metz-Lyon ? J’étais 50-50 »

Le match du FC Metz, dimanche face à l’OL, a donc permis à Christophe Marie de retrouver son ami Jean-Michel Aulas. En tribune Sud du stade Saint-Symphorien aux côtés de certains de ses joueurs, le Mosellan a été apostrophé par son homologue lyonnais. « Il m’a dit : “Mais tu n’es pas en corbeille officielle ?” Je lui ai répondu : “Ben non, on n’est pas à Lyon” », rigole le Sarregueminois.

Supportait-il le FC Metz ou ses amis rhodaniens dimanche ? « Est-ce qu’on peut être pour le FC Metz quand on est condamné à la descente comme ça ? », répond-il. « J’étais 50-50. Je n’ai pas applaudi ou sauté de joie quand Lyon a marqué. » Il n’a pas pu, de toute manière, célébrer un but messin puisque les Grenats, eux aussi, ont su se montrer accueillants (0-5).

Source : Le Républicain Lorrain
Crédit Photo : Pascal BROCARD

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 9 Dirigeants
  • 17 Entraîneurs
  • 3 Arbitres
  • 28 Joueurs
  • 127 Supporters