2 135 354 visites 11 visiteurs

National 3 : Un derby sans vainqueur

31 août 2018 - 09:28

Quatre jours après avoir obtenu sa première victoire de la saison, l’US Sarre-Union n’a pas réussi à enchaîner, hier face à une très jeune équipe réserve du Racing, qui n’alignait aucun joueur professionnel dans ses rangs.

Comme samedi dernier face à Troyes II (1-1), les réservistes strasbourgeois ont idéalement démarré la rencontre. Lebeau s’échappait côté gauche et résistait à Keita. Son centre au cordeau trouvait Karamoko, qui se montrait plus prompt que Barthélémy pour ouvrir la marque (0-1, 7e ). Plus mordant, le Racing II posait des soucis à Sarre-Union. Mendes lançait Constant en profondeur dont le tir rasait le montant gauche d’un Deschateaux battu (14e ).

Après vingt minutes de jeu, l’USSU commençait à sortir la tête de l’eau par l’intermédiaire de Guendez, dont le tir tendu était capté par Pelletier (21e ). Dans la foulée, les jeunes strasbourgeois se montraient à nouveau dangereux avec une lourde frappe de Falouh, repoussée par le portier sarre-unionnais (23e ).

La formation d’Alsace Bossue commençait alors à un peu plus poser le pied sur le ballon et recollait au score à la faveur d’un coup du sort. À la suite d’un corner joué en deux temps par Zerbini, un défenseur du Racing touchait le ballon de la main, au sein d’une surface noire de monde. Sans trembler, Guendez prenait Pelletier à contre-pied et inscrivait son deuxième but de la saison (1-1, 43e ).

Botella égalise sur penalty

Les hommes de Stéphane Léoni débutaient le second acte comme ils avaient bouclé le premier : avec envie. Et ils étaient récompensés. Djé filait côté gauche et centrait en direction d’Amri. La reprise instantanée de l’ancien professionnel laissait Pelletier pantois (2-1, 51e ).

À l’heure de jeu, Constant tentait de donner une nouvelle impulsion aux siens, mais Deschateaux arrêtait son raid.

Le portier de l’USSU se mettait ensuite au travers d’une frappe de Karamoko, mais un bras décollé de l’un de ses occupants se mettait sur la trajectoire du ballon. L’arbitre montrait à nouveau le point de penalty. Botella se chargeait de la sentence pour égaliser (2-2, 66e ). Sarre-Union se procurait ensuite deux grosses opportunités, mais manquait la cible.

On en restait finalement là, malgré une dernière alerte strasbourgeoise. Les coéquipiers de Martial Riff préservent ainsi leur invincibilité. Les partenaires de Léon Valentin, eux, courent toujours après un premier succès cette saison.

Source : DNA

Commentaires

PAROLES DE COACH

« Comme je l’avais annoncé toute la semaine à mes joueurs, nous sommes tombés sur une très bonne équipe d’Achen qui nous a posé des problèmes. J’ai longtemps hésité à laisser des garçons au repos (Wengert, Adebayo, Coignard, Dekoun, Mohammed, Steininger plus M’Barki sur le banc), mais j’ai confiance en l’ensemble de mon groupe et notamment en certains joueurs qui avaient eu moins de temps de jeu en N3 depuis le début de saison.

Même si je n’ai pas apprécié la prestation d’ensemble dans le contenu, l’expérience que j’ai de la Coupe de France me dit que le plus important dans cette compétition est d’être dans le chapeau au tour suivant. Nous sommes souvent passés par des trous de souris avant de faire des exploits. Il faut faire preuve d’humilité dans cette compétition, car les petites équipes n’existent pas. Nous sommes bien placés pour en parler.Bravo à l’équipe d’Achen qui devrait jouer au niveau supérieur l’an prochain si elle répète ce type de prestation.

Enfin, L’ensemble du club souhaite dédier la qualification à Freddy, notre cuistot, qui nous a quittés dans la nuit de vendredi à samedi, quelques heures seulement après avoir régalé une quarantaine de convives au stade de la Blies. On ne t’oubliera pas Freddy! Merci pour tout... »

Sébastien MEYER, coach SFC