2 185 788 visites 13 visiteurs

Jérémy CHOPLIN : il faudra être vigilant !

30 janvier 2017 - 09:29

Comment allez-vous depuis votre départ du FC Metz en 2015 ? « Ça va, ça s’était fait un peu rapidement. Je pensais rester malgré la descente en Ligue 2 mais le plan de la direction était de se séparer de moi. »
Votre équipe est 11e de Ligue 2 et vous êtes un titulaire quasi indiscutable en défense centrale. Comment jugez-vous votre saison ? « Ça se passe très bien, mieux que la saison dernière. J’ai eu du mal à me réadapter à un club du niveau de la Ligue 2, en termes d’infrastructures notamment. Maintenant, il n’y a pas de souci, ça se passe bien.

Vous avez une histoire particulière en Coupe de France avec Rodez (alors en National, le club aveyronnais avait éliminé le Paris Saint-Germain en 2009). Que représente cette compétition pour vous ?
Même si j’ai joué en Ligue 1 très jeune, à 18 ans (au Mans) , j’ai connu le monde amateur en National. C’est une belle Coupe à jouer, où on peut commencer à rêver, comme on l’a fait avec Rodez. Ça peut permettre de rivaliser avec des équipes hiérarchiquement supérieures, comme nous l’avons fait.

Ce doublé face au PSG, c’est votre meilleur souvenir en Coupe de France ?
Oui, surtout qu’il y a la qualification. Il y avait un vrai engouement de toute une ville. On était des petites stars pendant quelques jours (rires). »

Vous disputez un seizième de finale, ce mardi à Sarreguemines. C’est particulier pour vous de revenir en Lorraine ?
Oui, j’ai gardé beaucoup d’attaches et d’amis dans cette région. C’est toujours un plaisir de revenir même si j’aurais préféré que ce soit contre le FC Metz (rires). La saison dernière, on avait joué contre Sarre-Union et ça avait été compliqué (Niort s’était incliné 1-0 au même stade de la compétition).

« Il faudra être vigilant »

Votre regard sur le Sarreguemines FC ?
Honnêtement, on ne connaît pas trop. On a vu des vidéos de leurs matches. À nous de jouer notre jeu car on a envie de se qualifier. Il faudra faire respecter la hiérarchie.

Sarreguemines a déjà éliminé plusieurs équipes de Ligue 2. Y a-t-il de la méfiance ?
Oui, on a vu qu’en Coupe de France, il y a des surprises. Beaucoup d’équipes de L2 sont déjà éliminées. Eux, ils en ont sorti plusieurs. Il faudra être vigilant. Ce n’est jamais facile, on doit respecter l’adversaire. Avec Rodez, j’étais dans le sens inverse. Paris ne nous avait pas spécialement respectés et ils l’avaient payé.

Hassan M’Barki a pris l’habitude de marquer contre des adversaires de L2. L’avez-vous déjà vu jouer ?
Non, je ne l’ai jamais vu mais on m’en a parlé. Après, sans lui manquer de respect, c’est un joueur comme un autre. J’espère qu’il ne marquera pas, en tout cas je ferai tout pour. Ce sera un beau duel entre nous.

Savez-vous si votre entraîneur risque de faire tourner l’effectif pour cette rencontre ?
Je ne pense pas, ça ne lui ressemble pas. Il veut jouer cette Coupe à fond et obtenir une place en huitièmes de finale. Il devrait mettre la meilleure équipe possible.

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC