2 185 788 visites 13 visiteurs

CFA2 : Et si l'espoir était permis ....

22 avril 2017 - 08:29

Si la deuxième place de CFA 2 reste une perspective lointaine et improbable, le Sarreguemines FC entend bien s’accrocher à ses dernières chances de monter. D’abord, il faut répondre présent face à Lunéville.

Sur un malentendu, un alignement des comètes ou, dixit Sébastien Meyer, « un gros concours de circonstances », Sarreguemines peut encore terminer deuxième de CFA 2 et s’inviter à l’étage supérieur, l’été prochain. L’idéal ? Finir dauphin de Strasbourg pour une montée assurée. L’option B ? Schiltigheim est champion et une ouverture resterait possible si le SFC figurait parmi les quatre meilleurs seconds de ce championnat.

« On a une chance sur cent d’y arriver, mais tant que c’est possible mathématiquement, on va jouer le coup , défend l’entraîneur des Faïenciers. On sait très bien qu’on n’a pas notre destin en main. Pour espérer, il faudra absolument battre Haguenau et Strasbourg aussi. » Accessoirement, il serait déjà utile de se défaire de Lunéville ce samedi, un concurrent qui ne vise plus rien en championnat.

Troisième manche

Sarreguemines connaît bien cet adversaire, il l’a d’ailleurs croisé à deux reprises cette saison. Pour le meilleur et le pire. Les Mosellans s’étaient en effet imposés à l’aller, à l’extérieur (1-2) et « sans faire un grand match », avant d’être éliminés en coupe de Lorraine, au stade de la Blies (0-1) dé b ut avril . Sébastien Meyer n’a pas digéré. « Cette compétition est la seule, en Lorraine, qu’on n’a pas gagnée et les joueurs ne l’ont pas respectée. J’avais pourtant mis l’armada dans ce match, mais on a perdu bêtement. »

L’entraîneur attend donc « une revanche » de ses protégés, malgré quelques absences annoncées. Babit est suspendu, Metin témoin de mariage et Barry demeure incertain pour un problème à la cuisse. Originalité supplémentaire : le SFC songe, en parallèle, à présenter une réserve solide en DH. « Notre équipe B joue Amnéville et on ne veut pas fausser ce championnat non plus… »

Reste que Sébastien Meyer se dit « content de l’état d’esprit » général et que son équipe a opposé une prestation très consistante à Schiltigheim, chez le leader. Malgré la défaite (2-0). « On a dominé et on s’est procuré au moins vingt occasions, ça laisse beaucoup de regrets , avoue-t-il. En tout cas, on a montré qu’on pouvait avoir leur niveau. »

Et si la deuxième place, finalement, n’était plus possible ? « Ce ne serait pas un échec , conclut l’entraîneur. Je voulais faire aussi bien que la saison précédente, en étant 3e et en jouant un 16e de Coupe de France. Là, nous sommes quasiment assurés de finir 4e mais, personnellement, je crois quand même qu’il me manquerait un petit truc. »

L’idée est là. Sarreguemines va jouer pour ne rien regretter.

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC