2 184 942 visites 42 visiteurs

Europa League : Metin Karayer n'en revient toujours pas

9 juillet 2017 - 09:30

Tout juste arrivé au Progrès Niederkorn, l’ex-Sarregueminois Metin Karayer a contribué à l’élimination des Glasgow Rangers au 1er tour préliminaire de la Ligue Europa

Au rayon des exploits, Metin Karayer a du stock en magasin. À l’époque où il évoluait à Sarreguemines (2010-2017), le défenseur central (25 ans) a, grâce à la Coupe de France, considérablement fourni son tableau de chasse en y épinglant quelques clubs de Ligue 2 : Dijon, Valenciennes (2 fois) et Reims ont tous mordu la poussière au stade la Blies et Karayer n’y est pas pour rien. Des souvenirs à jamais gravés.

« Dans l’histoire du football luxembourgeois »

Mais, mardi soir, question sensations fortes, Karayer a sauté « un ou deux crans », comme il le dit. Avec le Progrès Niederkorn, qu’il a rejoint cet été, il a sorti les mythiques Glasgow Rangers, au 1ertour préliminaire de la Ligue Europa. Après une courte défaite à l’aller à Ibrox Park (1-0), le club luxembourgeois, dans un stade Josy-Barthel en feu, l’a emporté 2-0, presque sans trembler. « C’est la Coupe d’Europe, une équipe étrangère, pas n’importe laquelle d’ailleurs, un engouement de dingue, jamais je n’aurais imaginé vivre un truc pareil », raconte Karayer.

« On a bien défendu, en bloc, sans paniquer , poursuit-il. On savait qu’avec la chaleur, à laquelle les Rangers ne sont pas habitués, il allait y avoir des espaces au fil du match. »

Un scénario qui s’est déroulé comme prévu ! Un premier but juste après l’heure de jeu, un second à un quart de la fin, une défense, où Karayer s’est déjà imposé, qui met les barbelés et le tour est joué : le Progrès remporte le premier match européen de son histoire et se qualifie pour le deuxième tour. « C’est un exploit. On est rentré dans l’histoire du football luxembourgeois , s’enthousiasme le Mosellan. Hier soir (mardi), c’était la fête au Luxembourg (rires). »

Mais, peut-être plus que cette victoire au match retour, Karayer gardera en mémoire la défaite de l’aller, en Écosse. Ibrox Park oblige. « Jouer devant 50 000 personnes, c’est bluffant. Aux vestiaires, on n’entendait pas l’ambiance. Mais, quand on est entré sur le terrain… On a mis cinq minutes à s’en remettre ! Si on m’avait dit un jour que je vivrais ça… C’était un rêve d’enfant ».

Au club depuis trois semaines, Metin Karayer pouvait difficilement rêver meilleurs débuts. Mais ce n’est peut-être pas fini. Au prochain tour, le Progrès croisera l’AEL Limassol. Le club chypriote n’a peut-être pas la renommée des Glasgow Rangers. Mais l’exploit pourrait être tout aussi retentissant.

Source : Le Républicain Lorrain
Crédit Photo : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC