2 184 936 visites 41 visiteurs

Le SFC fait des réserves

26 août 2017 - 12:10

En huit jours, le Sarreguemines FC va défier les trois réserves professionnelles de Strasbourg, Metz et Nancy. Autant de tests pour un groupe qui a surpris d’entrée, en se payant Mulhouse, le favori désigné.

De nature prudente, Sébastien Meyer s’attendait au pire en ouverture du championnat. Sarreguemines avait hérité de Mulhouse en entrée, avec toute la littérature effrayante qui accompagnait ce favori désigné à la montée. « J’avais eu du mal à obtenir des infos sur cette équipe , explique l’entraîneur, mais, en tendant l’oreille, j’apprenais que c’était très fort, avec un gros pressing, l’adversaire intouchable en fait. »

Une semaine plus tard, le technicien regarde ce premier match avec le sourire. Ses Faïenciers l’ont emporté 1-0 à la Blies et, manifestement, ce n’est pas cher payé… « On gagne sans trop jouer, poursuit Meyer. On les a trop respectés, j’ai senti mes joueurs bien trop inhibés offensivement. Malgré notre demi-match, la victoire est logique. Cappa (le gardien) n’a eu qu’un arrêt à faire. »

« Une meilleure assise défensive »

Après l’agitation de l’intersaison, Sarreguemines a finalement rassuré ses suiveurs. Il faut dire, aussi, que les départs de plusieurs historiques (Trimborn, Miceli, Karayer…), les arrivées massives et la signature tardive de Faraji Taarimte au Maroc n’offraient pas de grande lisibilité sur le nouvel ensemble.

« Moi, j’étais assez serein , remarque l’entraîneur. À part Faraji, un départ que l’on n’a pas eu le temps de compenser, tous les autres l’ont été. Je trouve même qu’on a une meilleure assise défensive avec Babaya et Assou, un vrai gaucher, au poste d’arrière latéral. On a aussi gardé Hassan (M’Barki) et Brian (Babit) et (Guillaume) Ruiz est une vraie bonne recrue. Avec ce groupe, on est capable de faire une très bonne saison. Mais il faudra voir où l’on en est après les quatre premières journées. »

Le SFC sera fixé dans huit jours. Durant cette séquence, il va croiser les réserves de Strasbourg, Metz et Nancy, avec les incertitudes que supposent ces rendez-vous. Le Sarreguemines FC n’est pas à l’abri de voir quelques professionnels prêter main-forte à ses concurrents. Mais il a battu les Alsaciens en match amical (2-0) et ce premier obstacle, très rajeuni, n’a pas la puissance de frappe de la saison passée.

L’idée, de toute façon, n’est pas de clamer si tôt un objectif de montée. Sébastien Meyer vise « le maintien d’abord et le meilleur classement possible ensuite ». « Avec quatre descentes et neuf équipes qui ont de l’ambition, il faut rester humble », conclut-il. D’ici huit jours, il en saura un peu plus.

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC