2 184 940 visites 44 visiteurs

Amnéville en N3 : Quand la réalité dépasse la fiction

23 septembre 2017 - 09:39

Après plus de trois mois d’incertitudes et de revirements en tout genre, les dirigeants amnévillois ont eu gain de cause. La Fédération française a finalement validé la montée du CSOA en National 3.

Le feuilleton de l’été a enfin trouvé son épilogue. Après un énième rebondissement et un nouveau suspense qui durait depuis mardi après l’avis favorable rendu par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) : Amnéville jouera bel et bien en National 3 ! Le Comité exécutif de la Fédération française a tranché en sa faveur, ce vendredi.

Privé d’une montée – obtenue sur le terrain en mai dernier – pour des raisons d’ordre financier, le CSOA s’était engagé dans une bataille administrative et juridique. « Une véritable torture psychologique », selon le président François Ventrici, aujourd’hui « soulagé », « heureux » et « comblé ». « Jusqu’ici, on a traîné comme un boulet ce sentiment d’injustice, cette vilaine impression que la morale n’avait pas sa place dan s le football alors qu’on avait tout fait pour être dans les clous », raconte le dirigeant amnévillois.

Épaulé par son avocat, Franck Casciola, son expert-comptable, Romain Knob, et la municipalité amnévilloise par le biais de l’ancien joueur du club, Arnaud Szymanski, François Ventrici peut enfin savourer les fruits « d’un travail bien fait ». « Mon comité directeur n’a jamais rien lâché , poursuit-il. Quant aux joueurs, ils m’ont accordé leur confiance jusqu’à la fin de cette bataille. Je suis heureux, aujourd’hui, de leur rendre cette confiance. »

Désormais, ce sera à eux de jouer. Loin des bureaux. « Malgré quelques départs, on a un groupe de qualité et tout à fait compétitif pour le National 3 , assure le président du CSOA. On va tout faire pour se maintenir. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’on n’aura pas été à la hauteur sur le terrain ! »

« La réalité a dépassé la fiction »

Éviter cette sortie de route sportive sera évidemment l’une des missions de Cédric Léonard. Un entraîneur qui a accueilli la nouvelle avec « beaucoup de joie, mais sans euphorie. » Car, dit-il, « je n’y croyais plus. On était reparti en Régional 1 et j’avais fait une croix sur la montée avant qu’on soit rappelé d’urgence par le CNOSF. Au final, on a tous le sentiment que la réalité a dépassé la fiction. On peut dire qu’Amnéville est monté deux fois ».

Le technicien espère également que la conclusion de « cette incroyable aventure » va « souder un peu plus » un groupe qui restait sur deux succès en championnat régional. « Si l’issue avait été défavorable, je les aurais sans doute ramassés à nouveau à la petite cuillère », devine Cédric Léonard qui va désormais devoir se pencher sur un calendrier « pire que celui d’une équipe de Ligue 1 ».

Après un tour de Coupe de France programmé ce dimanche à Châtel-Saint-Germain (R4), Amnéville va, en effet, débuter son championnat avec la bagatelle de cinq matches en retard. « Ça va être compliqué, il va falloir vite apprendre, mais le président et le comité ont fait un tel travail qu’on a le devoir de leur renvoyer l’ascenseur par nos résultats sur le terrain », conclut l’entraîneur amnévillois.

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC