2 224 513 visites 24 visiteurs

National 3 : les chiffres clés de la 1ère partie de saison

26 décembre 2017 - 19:19

0. Comme le nombre de fois où Trémery a encaissé plus de deux buts. Seul Metz a fait aussi bien. Un chiffre qui en dit long sur la saison intéressante réalisée par le promu mosellan (15 buts encaissés). Les Trémerois devront régler la mire (16 buts marqués) à partir de janvier pour faire mieux que cette 14e place à mi-parcours.

1. Comme le nombre de victoire du FC Metz à domicile. Celle-ci est intervenue le 26 novembre contre Mulhouse (3-0) au cinquième essai. Que ce soit aux Hauts de Blémont, à Dezavelle et même à Saint-Symphorien, les jeunes Messins ont peiné (1 nul, 3 défaites). Ils sont donc allés chercher leur 9e place à l’extérieur (3 victoires, 4 nuls, une défaite).

3. Comme le nombre d’entraîneurs qui se sont succédé à Pagny. Sébastien Reymond a débuté la saison sur le banc pagnotin mais a été remercié début novembre puisqu’il n’avait pas les diplômes requis pour coacher à ce niveau. Et avant l’arrivée de Michel Deza aux manettes, c’est Romuald Giamberini qui a assuré l’intérim. Des atermoiements qui peuvent expliquer la saison chaotique de l’ASP, avant-dernière avec seulement deux victoires au compteur.

4. Comme le nombre de fois où Sarreguemines a perdu des points après la 80e minute de jeu. Les hommes de Sébastien Meyer se sont fait surprendre par Metz (1-1, 89e ), Nancy (3-2, 80e ), Épernay (0-1, 82e ), Haguenau (0-1, 88e ). Ils ont aussi arraché le nul dans les arrêts de jeu contre Amnéville (2-2). Avec ces cinq unités perdues sur le fil, le SFC serait 3e et non 11e. Ce qui change tout.

9. Comme le nombre de buts inscrits par l’attaquant de Sarre-Union Omar Hassidou, meilleur buteur du groupe. Avec Vianney Schermann (7 buts), il est le fer de lance de l’USSU, deuxième meilleure attaque du groupe (26 buts, derrière Nancy, 27). Pour viser la montée, le club alsacien, 2e à mi-parcours, devra poursuivre sur les mêmes bases.

11. Comme le nombre de matches joués par Amnéville. Un chiffre qui s’explique par le retard pris par le CSOA, qui n’a su que fin septembre qu’il accédait au National 3. S’ils ont toujours des matches en retard sur leurs adversaires, les Amnévillois sont revenus dans le coup au classement, à la 8e place.

Source : Le Républicain Lorrain

 

Commentaires

PAROLES DE COACH

"Nous avons encore vécu un week-end frustrant... A Strasbourg, chez un leader renforcé par de nombreux professionnels, mes joueurs en manque de confiance ont appliqué le plan de jeu avec beaucoup de valeurs. Ils ont posé beaucoup de problèmes à notre adversaire, meilleure attaque du groupe.

Même si je pense qu'on aurait pu mieux utiliser le ballon, notamment en 1ère période, on a eu le mérite de mener au score... Si la possession était strasbourgeoise, les occasions étaient plutôt faïencières, surtout en seconde période...

Mais comme souvent, cette saison, nous n'avons pas su profiter de notre avantage au score... La faute à une erreur d'arbitrage flagrante qui a permis à notre adversaire d'obtenir un coup-franc inexistant et à ma défense qui n'a pas suivi ce même coup-franc chanceux... C'est rageant, car nos prestations ne sont pas récompensées....

Ensuite, j'espère juste que les décisions arbitrales vont commencer à s'équilibrer, car je compte à quatre, le nombre de matches où ces mêmes décisions nous coûtent des points. Je ne suis pas en colère, j'essaye de rester lucide et objectif. Si nous sommes avant-derniers, c'est que nous avons été mauvais lors de certains matches (match à Sarre-Union, par exemple), mais aussi parce que certaines décisions importantes nous ont pénalisés (Raon, Agglo troyenne, etc.)"

Sébastien MEYER, coach SFC