2 224 502 visites 17 visiteurs

National 3 : Amnéville revient de loin

6 mai 2018 - 10:13

Sept mois après sa montée tardive en National 3, Amnéville respire. Les partenaires de Jérémy Lauratet, 8es au classement, peuvent prendre une option sur le maintien dimanche face à Sarreguemines.

Montera, montera pas ? Il y a presque un an, Amnéville était dans l’inconnu. Le club dirigé par François Ventrici vivait un été agité après un titre de DH (aujourd’hui Régional 1) obtenu au mois de mai.

Il a fallu attendre le mois d’octobre pour que l’accession du club en National 3 soit validée par la FFF, en appel. Forcément, effectuer sa rentrée deux mois après les autres élèves de la classe a été difficile pour les partenaires de Jérémy Lauratet. « On a joué notre premier match, puis le second a été annulé et on nous a dit d’attendre. On est tombé dans un faux rythme avant de monter en N3 », se souvient le milieu de terrain d’Amnéville.

A la trève hivernale, le bilan est contrasté : cinq victoires, deux nuls, quatre défaites et des résultats en dents de scie. Les raisons ? La formation menée par Cédric Léonard a dû se familiariser rapidement au niveau de jeu et digérer un calendrier chargé. « On a dû enchaîner les matches pour rattraper notre retard. On avait besoin d’un temps d’adaptation, le jeu va plus vite, ce ne sont pas les mêmes efforts. Les automatismes entre les anciens et les nouveaux joueurs devaient se créer », poursuit le joueur âgé de 25 ans.

« Il y a eu une prise de conscience »

Avec seulement quatre défaites en quinze rencontres en 2018, Amnéville est pourtant devenu l’une des équipes les plus solides du groupe. « Il y a eu une prise de conscience, on a réalisé qu’on pouvait prendre moins de buts. Le coach a constamment insisté sur la rigueur défensive. On a trouvé un certain équilibre », affirme le joueur passé par le centre de formation du FC Metz et de l’AS Nancy-Lorraine.

Invaincus pendant huit rencontres avant de tomber mardi à Epernay, les Mosellans ne sont toujours pas sauvés. Un succès dimanche face à Sarreguemines permettrait aux Amnévillois de « faire un grand pas vers le maintien », selon l’ancien Messin, également passé par Kaerjeng (Luxembourg). « Il ne faut pas se poser trop de questions pour autant. On doit essayer de tout gagner, de prendre le maximum de points possibles. On fera les comptes à la fin. »

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

"Nous avons encore vécu un week-end frustrant... A Strasbourg, chez un leader renforcé par de nombreux professionnels, mes joueurs en manque de confiance ont appliqué le plan de jeu avec beaucoup de valeurs. Ils ont posé beaucoup de problèmes à notre adversaire, meilleure attaque du groupe.

Même si je pense qu'on aurait pu mieux utiliser le ballon, notamment en 1ère période, on a eu le mérite de mener au score... Si la possession était strasbourgeoise, les occasions étaient plutôt faïencières, surtout en seconde période...

Mais comme souvent, cette saison, nous n'avons pas su profiter de notre avantage au score... La faute à une erreur d'arbitrage flagrante qui a permis à notre adversaire d'obtenir un coup-franc inexistant et à ma défense qui n'a pas suivi ce même coup-franc chanceux... C'est rageant, car nos prestations ne sont pas récompensées....

Ensuite, j'espère juste que les décisions arbitrales vont commencer à s'équilibrer, car je compte à quatre, le nombre de matches où ces mêmes décisions nous coûtent des points. Je ne suis pas en colère, j'essaye de rester lucide et objectif. Si nous sommes avant-derniers, c'est que nous avons été mauvais lors de certains matches (match à Sarre-Union, par exemple), mais aussi parce que certaines décisions importantes nous ont pénalisés (Raon, Agglo troyenne, etc.)"

Sébastien MEYER, coach SFC