2 232 690 visites 9 visiteurs

SFC 3 : la montée quatre à quatre

17 juin 2018 - 10:17

C’est une belle histoire. Parmi celles qu’on aime vivre quand on pratique le football amateur. C’est l’aventure d’une bande de copains, heureuse de se retrouver le dimanche sur les terrains. Alors que les projecteurs sont souvent braqués sur les compétitions de National 3, l’équipe C du Sarreguemines FC a réalisé un petit exploit du genre en championnat du district mosellan. En quatre saisons, elle a décroché quatre titres et quatre montées successives. De la Division 4, elle s’est hissée jusqu’en Régional 3. Un parcours hors norme au niveau district. « Je n’ai jamais vu ça », confirme Gérard Naudin, qui s’apprête à quitter le District mosellan (DMF). 

« Une bande de potos »

« À la demande du président Christophe Marie, nous avions créé cette équipe C avec Momo Kelbit en 2014-2015 », explique Vincent Mayer, le premier entraîneur. « Momo et moi avions senti que cela devenait difficile pour nous sur le plan physique. Créer une équipe C devait permettre aussi aux joueurs qui n’ont pas ou plus le niveau Ligue de nous rejoindre. Au final s’est formée bien plus qu’une équipe de foot, une bande de potos. » Dès la première saison, l’osmose entre joueurs d’expérience et en devenir s’est faite. « On partage le même plaisir : jouer et être ensemble. » Bilan : 17 victoires, 1 nul et… 170 buts marqués.

La saison suivante en D3, changement d’entraîneur. Davy Firmery, un pur produit du club, prend le relais. Avec enthousiasme, il poursuit sur la lancée de Vincent, lequel continue l’aventure en tant que joueur. Le coach garde l’ossature de l’équipe et la renforce avec des éléments non retenus en équipe réserve. Résultat : 16 victoires, 73 buts marqués, un nouveau titre de champion et une montée en D2. « La dynamique était là, on n’affrontait que des équipes premières des villages qui jouaient à fond pour nous battre », affirme Davy. Bis repetita l’année suivante en D2 avec un nouveau parcours sans faute (15 matches gagnés). Et en prime, une troisième victoire d’affilée en Coupe de la communauté d’agglomération. À son grand regret, Davy passe la main. Cette fois, c’est encore un ancien joueur du club qui arrive, Fabien Panetta. En 1re  Division, rien (ou presque) ne résiste à l’équipe C du SFC. Elle devance au final Bliesbruck de 4 points.

« On ne monte pas d’un cran mais de deux »

Au terme de ces quatre saisons, le contrat que les dirigeants avaient imaginé est largement dépassé. « Au départ, on visait l’accession en 1re  Division. Là, on va jouer un échelon plus haut, en Régional 3 », relève Vincent Mayer. « C’est ni plus, ni moins le niveau où se trouvait l’équipe réserve il y a cinq ans.» Davy est lucide : « Là, on n’est pas monté d’un cran mais de deux. En face, on aura des clubs rétrogradés de DHR ou qui sont en R3 depuis un moment. » Fabien Panetta a aussi conscience des difficultés qui s’annoncent : « Jusqu’ici, la moyenne d’âge de notre équipe flirtait avec les 30 ans. Là, je garde un noyau de sept joueurs mais il faudra le compléter avec des U18 ou des U20. »

Un nouveau défi attend la C du SFC : gagner le titre de champion de Moselle, les 12 et 15 août prochain. A force d’occuper la tête, ils espèrent encore une fois avoir les jambes.

Source : Le Républicain Lorrain
Crédit Photo : Comm SFC

Commentaires

PAROLES DE COACH

"La victoire de Troyes est prise comme une récompense. Après trois matches nuls consécutifs et quelques partitions de plus en plus convaincantes, il nous manquait une victoire pour prendre de la confiance.

C’est chose faite après ce match globalement maîtrisé. J’ai préféré la deuxième mi-temps à la première, mais nous avons été cohérents malgré un adversaire invaincu depuis le début de la saison. Cette victoire fait du bien au moral avant de nous attaquer à un Everest...

A ce titre, je lance un appel à toutes les personnes qui croient en l’exploit. Sur les quatre dernières années, nous avons réussi quelques exploits sans avoir été véritablement « supporté » au sens vocal du terme.

Face à des clubs professionnels qui étaient soutenu par une cinquantaine de supporters, cela n’était pas trop pénalisant. Mais ce week-end, près de 300 supporters messins sont attendus pour supporter leur équipe.

Ainsi, J’espère vraiment que les supporters sarregueminois sauront se faire entendre, car il serait dommage pour mes joueurs d’avoir l’impression de jouer à l’extérieur...."

Sébastien MEYER, coach SFC