2 233 307 visites 15 visiteurs

National 3 : Raon-l’Etape veut recréer un courant porteur

16 août 2018 - 17:43

Histoire de se relancer après une cauchemardesque relégation de N2, l’US Raon-l’Etape a pris l’option de tout changer. Avant tout autre chose, l’objectif prioritaire sera de se redonner de l’élan.

Si elle s’attendait probablement à souffrir l’an dernier dans un groupe B de N2 surdimensionné pour ses moyens, l’US Raon-l’Etape ne pensait peut-être pas terminer avec un bilan aussi famélique. Au bout du compte, il n’a été uniquement agrémenté que de deux succès et de 13 minuscules unités.

Il était donc indispensable de repartir sur d’autres bases. Toujours à l’affût pour donner un coup de main quand la maison raonnaise, où il a tout connu, est dans le dur, Farid Touileb va y effectuer un énième retour. Cette fois, il s’est paré de la casquette de manager général avec dans ses bagages Michaël Grand, propulsé au rang de coach.

Les deux compères entendent véhiculer un tout autre état d’esprit, plus en adéquation avec les valeurs qui ont construit la réputation de l’USR. En activant son réseau et en s’appuyant sur sa connaissance du terrain, Farid Touileb a mis à disposition un effectif affichant un potentiel intéressant. Et peut-être susceptible de jouer à terme les premiers rôles.

Une prudence légitime

Néanmoins, ce chambardement incite à la prudence au moment d’évoquer l’exercice qui attend le club de la Porte des Vosges en N3, même si certains n’hésiteront pas à en faire l’un des prétendants au titre et à la montée : « On se doute que l’on sera attendu. Il n’y a pas d’objectif précis pour le moment même si on est satisfait de la préparation et de l’investissement des joueurs. On va déjà essayer d’avoir l’équipe la plus compétitive et la plus régulière possible. On verra au fur et à mesure du temps ce que l’on visera. On sait aussi par expérience que ce championnat est très dur », analyse Michaël Grand.

Sa formation aura tout de même des arguments à faire valoir. Par exemple, sur le plan offensif où des éléments comme les Merbah, Hassidou ou Duminy présentent des états de service éloquents à ce niveau : « Forcément, on veut voir Raon marquer des buts vu cette force de frappe. On doit réussir à trouver un équilibre. On sait aussi que les équipes qui sont devant au classement sont souvent celles qui prennent le moins de buts. On a encore pas mal de travail à faire », rétorque Michaël Grand. Le scénario de l’ultime match de rodage gagné (4-3) samedi contre Sarrebourg (R1) donne un crédit supplémentaire à ses propos.

L’autre paramètre à ne pas négliger, c’est l’obligation de ne pas aligner plus de six mutés : « On n’a pas de blessés pour le moment et tout le monde est opérationnel. C’est un choix de riches. On a voulu aussi avoir un groupe élargi en préparation avec une trentaine de joueurs car on sait que l’on aura besoin de tout le monde », se projette Michaël Grand.

C’est bien l’une de ses seules certitudes.

Source : Vosges Matin

Commentaires

PAROLES DE COACH

"La victoire de Troyes est prise comme une récompense. Après trois matches nuls consécutifs et quelques partitions de plus en plus convaincantes, il nous manquait une victoire pour prendre de la confiance.

C’est chose faite après ce match globalement maîtrisé. J’ai préféré la deuxième mi-temps à la première, mais nous avons été cohérents malgré un adversaire invaincu depuis le début de la saison. Cette victoire fait du bien au moral avant de nous attaquer à un Everest...

A ce titre, je lance un appel à toutes les personnes qui croient en l’exploit. Sur les quatre dernières années, nous avons réussi quelques exploits sans avoir été véritablement « supporté » au sens vocal du terme.

Face à des clubs professionnels qui étaient soutenu par une cinquantaine de supporters, cela n’était pas trop pénalisant. Mais ce week-end, près de 300 supporters messins sont attendus pour supporter leur équipe.

Ainsi, J’espère vraiment que les supporters sarregueminois sauront se faire entendre, car il serait dommage pour mes joueurs d’avoir l’impression de jouer à l’extérieur...."

Sébastien MEYER, coach SFC