2 184 936 visites 41 visiteurs

Régional 1 : Greg PROMENT, de retour au bercail

27 août 2018 - 11:14

Ancien capitaine du FC Metz, Grégory Proment a pris en charge l’équipe réserve des Grenats cet été. Il raconte son bonheur de retrouver son club de cœur.

Le capitaine est de retour. Cinq ans après sa retraite de joueur à l’issue d’une dernière saison en National, Grégory Proment est réapparu dans la maison grenat cet été. Avec une nouvelle casquette : celle d’entraîneur de l’équipe réserve, fraîchement reléguée en Régional 1. « Je fais partie des hommes les plus heureux au monde », sourit l’ancien numéro 12 du FC Metz, satisfait de retrouver son club formateur. « C’est le club que j’aime, et ça me permet aussi de revenir au côté de ma famille. »

Depuis plusieurs années, Proment effectuait l’aller-retour entre la Lorraine et Caen, où il occupait la même fonction d’entraîneur de la réserve. Se poser à Metz, il l’attendait depuis longtemps. « Je m’étais proposé, mais ça n’était pas faisable à ce moment-là. Et puis j’étais encore sous contrat à Caen. » Mais le natif de Cormeilles-en-Parisis n’a jamais coupé les ponts. Quand son bail en Normandie s’est terminé, plus rien ne pouvait entraver son retour aux sources. « Je n’ai pas eu besoin de vingt jours pour me décider. En trois secondes, c’était réglé. Il n’y a même pas eu de négociations. »

L’objectif ? Retrouver un championnat plus conforme aux ambitions du club, déjà. Mais aussi amener ses joueurs jusqu’au niveau professionnel. « Les garçons qui arrivent de Génération Foot percent bien mais ceux d’ici, pas vraiment. Ça ne va pas se faire du jour au lendemain. Mais je suis persuadé que d’ici quelques années, ça va redevenir génial. »

À Metz, Caen, mais aussi Antalyaspor (en 2010), Grégory Proment a connu une poignée de coaches, dont il avoue s’être inspiré au début de sa carrière d’entraîneur. « Je partais un peu dans l’inconnu. Après, avec un peu plus d’expérience, je me suis forgé mon propre caractère, ma propre vision. » L’ancien milieu de terrain est un adepte de « l’affect ». « Je pousse des coups de gueule mais je dis aussi quand c’est bien. Je me suis trompé plusieurs fois à Caen mais sur les dernières saisons, c’était mieux. Ça arrive que des joueurs et leurs parents me remercient, je me dis que je suis peut-être sur le droit chemin. »

« La victoire grâce au plaisir »

Le premier match officiel de Grégory Proment sur le banc messin ne s’est peut-être pas déroulé comme il l’espérait, avec un nul 1-1 contre Champigneulles et une prestation ratée qu’il met sur le compte de la pression. « Je reste persuadé qu’on va beaucoup gagner. Mon idée, c’est la victoire grâce au plaisir. »

Le jeune entraîneur (39 ans) ne se projette pas encore sur l’avenir. Évidemment, il rêve un jour de s’asseoir sur le banc de l’équipe première. Mais aujourd’hui, Proment a d’autres idées en tête. « Quand j’ai commencé à entraîner à Caen, j’étais parti avec l’ambition de revenir chez les pros au plus vite. À Metz, je me plais au centre de formation. Il y a un gros travail à faire, c’est passionnant. Entraîner l’équipe première, dans le futur, forcément, ça me plairait, mais je pense que pour l’instant, il y a meilleur que moi et je ne suis pas encore prêt. »

Source : Le Républicain Lorrain

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC