2 184 942 visites 42 visiteurs

National 3 : Un derby sans vainqueur

31 août 2018 - 09:28

Quatre jours après avoir obtenu sa première victoire de la saison, l’US Sarre-Union n’a pas réussi à enchaîner, hier face à une très jeune équipe réserve du Racing, qui n’alignait aucun joueur professionnel dans ses rangs.

Comme samedi dernier face à Troyes II (1-1), les réservistes strasbourgeois ont idéalement démarré la rencontre. Lebeau s’échappait côté gauche et résistait à Keita. Son centre au cordeau trouvait Karamoko, qui se montrait plus prompt que Barthélémy pour ouvrir la marque (0-1, 7e ). Plus mordant, le Racing II posait des soucis à Sarre-Union. Mendes lançait Constant en profondeur dont le tir rasait le montant gauche d’un Deschateaux battu (14e ).

Après vingt minutes de jeu, l’USSU commençait à sortir la tête de l’eau par l’intermédiaire de Guendez, dont le tir tendu était capté par Pelletier (21e ). Dans la foulée, les jeunes strasbourgeois se montraient à nouveau dangereux avec une lourde frappe de Falouh, repoussée par le portier sarre-unionnais (23e ).

La formation d’Alsace Bossue commençait alors à un peu plus poser le pied sur le ballon et recollait au score à la faveur d’un coup du sort. À la suite d’un corner joué en deux temps par Zerbini, un défenseur du Racing touchait le ballon de la main, au sein d’une surface noire de monde. Sans trembler, Guendez prenait Pelletier à contre-pied et inscrivait son deuxième but de la saison (1-1, 43e ).

Botella égalise sur penalty

Les hommes de Stéphane Léoni débutaient le second acte comme ils avaient bouclé le premier : avec envie. Et ils étaient récompensés. Djé filait côté gauche et centrait en direction d’Amri. La reprise instantanée de l’ancien professionnel laissait Pelletier pantois (2-1, 51e ).

À l’heure de jeu, Constant tentait de donner une nouvelle impulsion aux siens, mais Deschateaux arrêtait son raid.

Le portier de l’USSU se mettait ensuite au travers d’une frappe de Karamoko, mais un bras décollé de l’un de ses occupants se mettait sur la trajectoire du ballon. L’arbitre montrait à nouveau le point de penalty. Botella se chargeait de la sentence pour égaliser (2-2, 66e ). Sarre-Union se procurait ensuite deux grosses opportunités, mais manquait la cible.

On en restait finalement là, malgré une dernière alerte strasbourgeoise. Les coéquipiers de Martial Riff préservent ainsi leur invincibilité. Les partenaires de Léon Valentin, eux, courent toujours après un premier succès cette saison.

Source : DNA

Commentaires

PAROLES DE COACH

« La qualification à Forbach est la seule chose à retenir de ce week-end. Nous aurions préféré proposer plus de spectacle, j’aurais préféré voir mon équipe prendre plus de risques dans le jeu, mais la Coupe de France est une compétition qui prend de plus en plus d’importance et toutes les équipes jouent avec la peur de se faire éliminer.

Jouer c’est bien, gagner c’est mieux! Souvenons-nous de l’élimination face à Biesheim l’an dernier au 6ème tour où nous avions été éliminés par une équipe qui n’était pas venu faire le spectacle. Ils nous avaient laissé le ballon et s’étaient contentés de nous contrer pour nous éliminer. Donc j’avoue que je me satisfais de cette qualification, fut-elle peu spectaculaire.

Après j’ai apprécié voir mon équipe solide défensivement puisque c’est ce sur quoi j’ai travaillé toute la semaine avec mon équipe pour préparer la suite de la saison. Il faut donc savourer le fait d’atteindre ce 6ème tour pour la 5ème année consécutive!

Quand je vois 29 équipes de National 3 éliminées encore ce week-end (dont une bonne dizaine par des équipes hiérarchiquement inférieures), je me dis qu’il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier la qualification. De nombreuses équipes de notre groupe aimeraient être à notre place. Maintenant place à 3 rencontres difficiles face à trois réserves professionnelles! »

Sébastien MEYER; coach SFC