2 262 671 visites 16 visiteurs

Ludovic GUERRIERO impliqué à 100%

5 décembre 2018 - 15:57

Total Foot : Bonsoir Ludovic. Je suis ravi de faire ce 18ème numéro de LA GRANDE INTERVIEW avec vous. Comment allez-vous ?
Ludovic GUERRIERO : Bonsoir, je vais bien merci.

TF : On ne vous présente plus. Vous comptez plus de 300 matches professionnels à votre compteur. Pouvez-vous nous partager votre parcours ?
LG :
 Plus de 300 matchs professionnels, j'ai commencé le foot dans ma ville, à Forbach tout en passant par le sport étude de l'Hôpital (Moselle) pendant deux ans puis le centre de pré-formation de la Madine durant deux ans également tout en jouant le week-end dans mon club de l'US Forbach. En 2000, j'intègre le centre de formation de l'ASNL où je vais passé huit ans dans un club extraordinaire avec la chance de signer mon premier contrat pro lors de la saison 2003-2004. En 2005-2006, je suis prêté en National à Raon l'Étape. En 2008, je rejoins l'AC Ajaccio où pendant deux saisons je vais m'imposer en tant que titulaire. J'ai enchaîné par deux saisons à Metz, deux ans à Châteauroux, un an à Laval et ensuite une première aventure à l'étranger en première division roumaine au FC Petrolul. Je reviens ensuite en France après le dépôt de bilan de Petrolul au Pau FC en National. Je joue désormais au Sarreguemines FC en National 3.

TF : Votre meilleur souvenir sur un terrain ?
LG :
 Le titre de champion de Ligue 2 avec Nancy mais aussi le maintien avec l'AC Ajaccio où je marque le but du maintien.

TF :  Dans votre carrière, est-ce qu'un entraîneur vous a particulièrement marqué ? 
LG :
 Si je dois citer un coach... c'est Patrick Hesse. C'est le coach que j'ai eu à mes débuts à Forbach, que j'ai eu au centre de formation à Nancy et il était adjoint également lors de mes deux saisons à Metz. Il a toujours été là pour moi, il m'a toujours encouragé mais aussi engueulé quand je n'étais pas dans le bon chemin... Je suis encore régulièrement en contact avec lui, c'est comme un deuxième père pour moi mais je dois aussi remercier mes coachs de Forbach, du centre de formation à Nancy, au sport étude à la Madine. Je pense aussi à Pablo Correa, Gernot Rohr, José Pasqualetti ou encore Olivier Pantaloni... Je remercie aussi Sébastien Meyer, le coach de Sarreguemines qui m'a tendu la main quand j'étais sans club et il m'a donné l'opportunité de rejouer et de retrouver de la joie sur le terrain.

TF : Vous évoluez désormais depuis fin octobre avec le Sarreguemines FC (National 3). Comment se passe l'aventure sarregueminoise ?
LG :
 Pour le moment, ça se passe bien. J'ai signé maintenant il y a cinq semaines et on a pas connu la défaite donc c'est vraiment positif.

Pour découvrir l'intégralité de l'interview : Total Foot 

Commentaires

PAROLES DE COACH

« A Schiltigheim, en coupe du Grand-Est, nous avons fait notre plus mauvais match de la saison dans le contenu (avec celui à Sarre-Union). Nous avons eu la possession du ballon mais nous n’avons pas su mettre en place notre jeu par manque de rigueur tactique et d’intensité.

Notre adversaire a fait un bon match et aurait même pu marquer plus de buts avec plus de réalisme. Je tiens d’ailleurs à les féliciter! La seule chose positive, c’est que nous avons su réagir (certes de façon trop désorganisée à mon goût!) à 0-2. Nos vingt dernières minutes ont été un peu meilleures et nous avons le mérite d’égaliser.Bravo à Guillaume et à nos tireurs qui nous permettent de nous qualifier et de poursuivre notre série d’invincibilité qui court depuis le 22 septembre.

Plus qu’un gros match à Saint-Louis avant une période de repos bien méritée! »

Sébastien MEYER, coach SFC